Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




"Les Partis politiques marocains: 1934-2014", nouvel ouvrage de Mohamed Adib Slaoui


Lundi 30 Mars 2015 modifié le Lundi 30 Mars 2015 - 20:21

"Les Partis politiques marocains: 1934-2014" est l'intitulé du nouvel ouvrage de l'écrivain Mohamed Adib Slaoui, paru récemment aux éditions de l'"Imprimerie Rabat Net".




Dans ce livre de 176 pages édité par la Fondation Mohamed Adib Slaoui, l'écrivain explique avoir revisité cette thématique par le fait que "la problématique partisane au Maroc nécessite toujours des lectures appuyées sur des méthodologies scientifiques/académiques, avec un œil critique, susceptibles de la déconstruire et la synthétiser par une analyse objective".

L'auteur note que les éclairages du livre apportent "plusieurs lectures aux questions du parti politique au Maroc, à la force de divergence et de choc qui a provoqué l'effondrement du parti, ainsi que des lectures parallèles des causes ayant conduit à l'avortement de l'alternance et à l'éternisation des dirigeants à la tête des formations politiques au moment même où le Maroc avait besoin de changement et de construction démocratique".

"Questions du parti politique marocain", "Chronologie des partis politiques marocains (1934-2014)", "Les partis politiques marocains... le début solide et l'évolution anarchique", "Les partis politiques marocains: la force de la divergence et du choc", "Les partis politiques marocains entre l'avortement de l'alternance et l'éternisation des dirigeants", "Le paysage partisan marocain dans le miroir de l'histoire" et "Le parti politique marocain... la réforme possible" sont autant d'intitulés évoqués par l'essayiste Adib Slaoui dans cette série d'éclairages.

Dans le premier éclairage, l'écrivain se penche sur la définition du concept de "parti" dans la langue arabe, le Coran, l'histoire arabo-islamique, ainsi que dans le contexte occidental et la pensée politique contemporaine, pour conclure qu'il y a quatre catégories de partis dont il analysé les fonctions (les partis de foules, les partis de l'élite, les partis des notables et les partis de rassemblement), s'interrogeant sur l'identité du parti politique et son rôle dans le Maroc d'aujourd'hui et celui des générations futures.

L'auteur consacre le deuxième éclairage aux partis souverainistes marocains et leurs fondateurs depuis 1934, à commencer par la création par Allal El Fassi (1910-1974) de la Koutla de l'action nationale jusqu'à 2014 date de la fondation par Mohamed Darif du parti des Néo-démocrates, tandis que le troisième éclairage traite du relief chronologique du Maroc actuel, le quatrième aux scissions qu'ont connu les partis marocains sur plusieurs décennies, le cinquième à la direction des partis et à la contradiction des positions au sujet de l'alternance et du pouvoir, le sixième aux enjeux du changement et de l'alternance et le septième à la possibilité de réformer les dysfonctionnements dans le paysage partisan marocain.
Lundi 30 Mars 2015 - 20:21