Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Les Harragas tunisiens en Europe livrés à eux-mêmes


Mardi 12 Avril 2011 modifié le Mardi 12 Avril 2011 - 10:32




Les Harragas tunisiens en Europe livrés à eux-mêmes
«La situation humanitaire des harragas (migrants) tunisiens en Italie et France s’est fortement aggravée», estime dans un communiqué la fédération des Tunisiens pour la citoyenneté des deux rives (Ftcr).

«Sans ressources, sans nourritures et sans documents officiels», ces immigrés «se trouvent livrés à eux même sans possibilité de prendre les transports», souligne l’association dirigée par Tarek Benhiba.

Selon le communiqué, «cette situation catastrophique a été créé par l’attitude scandaleuse du gouvernement français qui refuse d’appliquer les accords qu’il a lui-même signés. Après les Roms, le gouvernement français jette son dévolu sur les migrants tunisiens en bafouant même les accords de Schengen.»

Toujours selon la Ftcr, les harragas tunisiens sont harcelés par des spéculateurs mafieux qui leur demandent de verser entre 150 et 600 euros pour traverser la frontière italo-française. Aussi, l’association demande-t-elle aux autorités consulaires tunisiennes à Gênes, Nice et Paris de faciliter l’octroi des passeports aux nouveaux migrants arrivés de Lampedusa et de les exonérer de la taxe sur les passeports de 60 euros.

Par ailleurs, la Ftcr dénonce «les mesures illégales prises par le gouvernement français contre les migrants tunisiens titulaires d’un document légal de séjour prévu par la législation européenne.» Elle ajoute: «Certains immigrés souhaitent repartir en Tunisie mais ne peuvent disposer des aides mises en place.»

Le statut avancé en cours de négociation entre la Tunisie et l’Union Européenne doit comporter une clause garantissant la liberté de circulation pour les citoyens tunisiens, estime la Ftcr, qui lance «un appel aux forces démocratiques françaises et italiennes pour un grand rassemblement à la frontière italo-française pour garantir le droit des migrants tunisiens et mettre fin aux harcèlements policiers et aux mesures illégales du gouvernement français.»


Le Luxembourg accueille hier une réunion des 27 ministres de l’Intérieur de l’Union européenne pour examiner les dossiers liés aux migrants en provenance d’Afrique du Nord dont celui de la décision unilatérale de l’Italie d’accorder un visa temporaire à tous ceux, Tunisiens ou Libyens, qui se présenteraient sur le territoire italien.

Cette réunion n’aura produit que de bien minces résultats qui ne suffisent pas à occulter l’embarras des partenaires de l’Italie face au cavalier seul de cette dernière. L'Italie a en effet annoncé son intention d'accorder des visas temporaires aux immigrants tunisiens arrivés depuis le début de l'année.

Confronté au refus des autres pays membres de récupérer chez eux une partie des immigrés tunisiens ou libyens, le ministre italien de l’Intérieur, Roberto Maroni, s’est déchaîné à la sortie du conseil : « Je me demande si cela sert véritablement à quelque chose de continuer à faire partie de l’Union européenne, une institution qui se précipite pour sauver les banques et pour déclarer la guerre ; mais quand à exprimer concrètement la solidarité avec un pays en difficulté comme l’Italie, elle se débine. Franchement, mieux vaut être seul que mal accompagné».

Devant cet échec, la présidence hongroise organise le 12 mai prochain à Bruxelles une réunion extraordinaire des ministres de l'Intérieur.



Mardi 12 Avril 2011 - 10:10





Nouveau commentaire :
Twitter