Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Leon espère annoncer mercredi la proposition relative à la mise en place d'un gouvernement d'unité nationale en Libye


Mercredi 7 Octobre 2015 modifié le Mercredi 7 Octobre 2015 - 14:47

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Libye et chef de la mission des Nations unies d'appui dans ce pays (Manul), Bernardino Leon, a déclaré qu'il espère annoncer mercredi soir la "proposition relative à la mise en place d'un gouvernement d'unité nationale" en Libye.




"Nous avons de bonnes nouvelles", a affirmé, mardi soir le responsable onusien lors d'une conférence de presse à Skhirat, où se déroulent les pourparlers inter-libyens visant à mettre fin à la crise politique dans ce pays, précisant que les représentants du Congrès national général (CNG), qui devaient participer à part entière au dialogue de Skhirat, tiendront une réunion, mercredi à 10h00, pour présenter leurs candidats au gouvernement d'unité nationale.

Et d'ajouter que des consultations sont en cours avec les autres participants à ce dialogue, formulant l'espoir de pouvoir annoncer mercredi dans la soirée la proposition relative à la mise en place de ce gouvernement.

"Nous disposons d'un accord final équilibré qui constitue une grande opportunité pour la Libye", a relevé M. Leon, soulignant qu'il est temps de se mettre d'accord sur un gouvernement d'unité nationale représentant tous les Libyens.

Il a dit ne pas s'attendre à ce que le CNG présente tous les noms, faisant savoir que ce dernier dispose, aux côtés de la Chambre des représentants, de candidats, dont les noms seront présentés, précisant qu'il sera procédé ensuite à la désignation d'un Premier-ministre de manière consensuelle ainsi que de deux autres ministres.

M. Leon a également fait part de son espoir de voir le CNG "prendre cette décision pour l'avenir de la Libye". "Nous avons une idée claire sur ce qui peut être accepté par les différentes parties", a-t-il encore dit.

Dans ce sens, l'émissaire onusien a mis en relief la nécessité de "franchir ce pas décisif" et de prendre en considération la situation que traverse le pays où 2,5 millions de Libyens souffrent de la persistance de la guerre en cours, selon les rapports des instances humanitaires de l'ONU.

Par ailleurs, M. Leon a souligné que les Nations unies vont écouter tous les participants et présenter une proposition compatible avec les suggestions de toutes les parties en vue de parachever la formation de ce gouvernement et de se mettre d'accord sur l'accord final au cours de cette semaine, conformément aux voeux du secrétaire général de l'ONU et de la communauté internationale.

M. Leon a rappelé que la journée du vendredi dernier, marquée par la tenue de la réunion de haut niveau sur la Libye au siège de l'ONU à New York, a constitué un moment phare dans le processus du dialogue inter-libyen après une année de travail, ajoutant que, pour la première fois, l'ensemble des participants libyens et de la communauté internationale, aux côtés des amis de la Libye et des pays intéressés par la paix et la prospérité de ce pays, se sont réunis afin de transmettre un message fort d'appui au peuple libyen.

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Libye avait affirmé que l'ONU a préparé un texte d'un accord "définitif" et "consensuel", soulignant qu'il appartient désormais aux parties libyennes d'approuver ou de rejeter l'accord.

M. Leon avait estimé que chaque partie "trouverait (dans l'accord) des éléments susceptibles de ne pas la satisfaire", soulignant qu'au vu de la situation qui prévaut en Libye, cet accord est la seule "solution" et "la seule option".

M. Leon a repris mardi à Skhirat ses consultations avec les parties libyennes en vue de trouver un accord "définitif" et "consensuel" au conflit libyen.

A rappeler que la ville de Skhirat a abrité, en juillet dernier, le paraphe d'un accord entre les différentes parties présentes, y compris les chefs des partis politiques qui ont pris part au 6è round des pourparlers politiques inter-libyens sous les auspices de l'ONU, mais en l'absence des représentants du CGN.

Depuis la chute du régime Kadhafi, la Libye est plongée dans une crise politique et sécuritaire sans précédent sur fond de lutte pour le pouvoir entre le gouvernement provisoire libyen et la Chambre des représentants libyenne (parlement de Tobrouk), reconnus par la communauté internationale, et le CNG non reconnu par la communauté internationale.
Mercredi 7 Octobre 2015 - 14:43





Nouveau commentaire :
Twitter