Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Le risque d'infarctus augmente avec les baisses de température (étude)


Samedi 21 Août 2010 modifié le Samedi 21 Août 2010 - 10:40




Le risque d'infarctus augmente avec les baisses de température (étude)
C'est en plein mois d'août que le British Medical Journal a choisi de publier une étude selon laquelle les baisses de température entraînent, dans les deux semaines suivant la chute du thermomètre, une augmentation du risque d'infarctus. Ce travail a été réalisé par Krishnan Bhaskaran et ses collègues de la London School of Hygiene & Tropical Medicine. Ils ont analysé les origines de 84.000 infarctus survenus durant 4 ans dans 15 agglomérations d'Angleterre et du Pays de Galles. Et ils ont tenté d'établir un lien entre la fréquence de ces accidents cardiaques et la température durant le mois précédent.

L'équipe a ainsi mis en évidence une relation "globalement linéaire" entre la baisse de la température extérieure et l'élévation du risque d'infarctus. Chaque réduction de 1 °C du thermomètre était associée à une élévation de 2 % du risque d'infarctus dans les 28 jours suivants. Les périodes les plus à risque étaient la première semaine (hormis le premier jour) et la deuxième semaine : chaque baisse de 1 °C de la température augmentait de 0,6 % les infarctus entre les jours 2 et 7 et l'augmentait de 0,7 % entre les jours 8 et 14. Il n'y avait, selon les auteurs, pas d'effet significatif le jour même de la variation de température, ni le lendemain.

Cette analyse tient évidemment compte des variations de risque au cours de la semaine : plus d'infarctus les jours de travail, surtout le lundi, et moins le week-end. De même, l'effet délétère (seulement le jour même) de l'élévation des microparticules dans l'air a été pris en considération. Par ailleurs, les auteurs s'étaient intéressés à d'autres facteurs comme l'humidité, les infections grippales et celles par virus respiratoire syncytial (VRS), mais ces dernières n'ont pas eu d'influence sur le risque d'infarctus. Les personnes âgées de 75 à 84 ans et celles souffrant déjà d'une maladie coronaire étaient, assez logiquement, les plus sensibles aux variations thermiques. Quant à la prise d'aspirine, elle avait un effet protecteur. Ce travail devrait, selon ses auteurs, avoir des implications importantes, notamment pour identifier les populations de personnes les plus vulnérables à l'effet du froid, pour les informer et favoriser des mesures visant à les maintenir dans une température suffisamment élevée


Avec le Point
Samedi 21 Août 2010 - 10:35





Nouveau commentaire :
Twitter