Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Le rapport d’Amnesty 2012 et le vrai visage du polisario


Mercredi 6 Juin 2012 modifié le Mercredi 6 Juin 2012 - 15:24




La publication de son dernier rapport de 2012, Amnesty International, une organisation reconnue internationalement pour ses positions en faveur des questions des droits de l’Homme, vient d’infliger un cinglant revers diplomatique au polisario.

Dans ce rapport, il est mis en exergue l’impunité dont bénéficient les dirigeants de cette organisation sécessionniste, versée dans la criminalité transnationale, le terrorisme et le déni des droits humains élémentaires.

Il est également confirmé dans ce rapport, l’impunité dont bénéficient les chefs de ce mouvement séparatiste vis-à-vis des crimes commis par leurs soins dans leurs camps algériens de Tindouf et environs en plein territoire algérien

Il est également noté dans ce rapport, qu’aucune mesure n’a été prise par la communauté internationale pour mettre un terme aux atteintes délibérées aux droits humains et ce, depuis les années 70.

Il souligne aussi que ces dirigeants du polisario devraient être poursuivis devant la justice algérienne ou internationale pour grave violation des droits de l’homme à Tindouf.

Je rappellerai aux lecteurs que cette organisation polisarienne, qui bénéficie de l’appui diplomatique mais aussi du support logistique et armé du régime algérien, s’est adonné à plusieurs reprises à des pratiques dégradantes des droits de l’homme, soit sur les sahraouis des camps comme lors du soulèvement de 1988, maté dans le sang par les milices armées du Polisario avec le concours de l’armée algérienne, ou sur les prisonniers de guerre marocaine, détenus durant plus de 25 ans dans des conditions inhumaines ayant fait des centaines de morts morts parmi eux.

De plus ce rapport fait remarquer qu’aucun accès n’est possible dans ces camps de la honte afin de pouvoir constater de visu le respect du droit international en matière des droits de l’Homme.

Face à cette débâcle, et décontenancé par la forte prise de position du Maroc à l’égard Christopher Ross, le chef du front séparatiste s’est tourné vers le Roi d’Arabie Saoudite en lui adressant une supplique au ton implorant et avec un inhabituel vocabulaire à consonance religieuse, peu usité d’habitude dans la littérature polisarienne.

A noter que certains chefs de la DRS, qui ont la haute main sur les camps sahraouis de Tindouf, étaient opposés à une telle initiative, craignant que cette lettre d’imploration ne trahisse l’état de panique dans lequel se trouvait le Polisario.

En conclusion, il est certain que :

1/ l’appréhension est devenue manifeste dans les rangs du Polisario depuis que le Maroc a retiré sa confiance à Christopher Ross, que Rabat a accusé de partialité,

2/ les dirigeants du Polisario sont de plus en plus divisés sur l’attitude à adopter vis-à-vis du Maroc et du plan de paix proposé par Rabat. Surtout qu’une partie de la direction du Polisario était opposée à l’attitude de blocage systématique adoptée par les négociateurs sous l’impulsion d’Alger,

3/ que Roi saoudien ne va pas s'aventurer à croire dans les glissades de ce genre de personne,

4/ qu’il n’est et sera jamais trop tard pour les dirigeants du polisario de reconnaitre leur erreur, comme l'ont fait d'autres avant eux, et de répondre à l’appel « la Patrie est clémente et miséricordieuse » en regagnant la Mère Patrie, le Maroc, avec la totalité des séquestrés sahraouis des camps de la honte de Tindouf en plein territoire algérien.
Mercredi 6 Juin 2012 - 14:56

Par Farid Mnebhi