Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Le quatrième mandat de Bouteflika, un gag de mauvais goût




Comme cela était tristement prévisible, les réactions au quatrième mandat du président Abdelaziz Bouteflika continuent de prendre un tour dramatique. Plus le clan du président s’échine à vendre la normalité d'une telle candidature, plus les réactions épidermiques à ce projet prennent de relents insurrectionnels. Déjà dans la presse, Abdelaziz Bouteflika fut crucifié par le biais de tribunes écrites au vitriol, d'éditoriaux rédigés avec la rage des impuissants, dans un mélange de désespoir aiguë et de sombre fatalisme.

Par Mustapha Tossa




Au sein même de la classe politique algérienne, les soutiens à ce quatrième mandat, même si le casting peut tromper en faisant référence à des poids lourds, soufrent d'une grande solitude. Comme si prendre part à cette campagne de prolongation d’un président âgé et malade n'est pas la plus revendiquées des fiertés. Sur les réseaux sociaux, le quatrième mandat prend pour son grade. Une mobilisation de défiance et de critique jamais vue.

La jeunesse algérienne le ressent comme la permanence d'un cauchemar qui a le goût cendré d'un interminable hiver. Les mobilisations à travers ses réseaux ont donné cette éphémère impression que cette jeunesse s'apprête à goûter à son tour et à sa manière à l'enivrante sensation des printemps arabe.

Malgré la lourde propagande officielle, la situation algérienne est suffisamment grave pour qu'une grande figure de son échiquier politique, Mouloud Hamrouche, puisse appeler à faire tomber le régime à l'aide de l'armée. Des appels ouverts à commettre un coup d'état devenu au fil des ans une spécialité algérienne, une manière de conserver ou de redistribuer le pouvoir.

Dans son défi au projet du quatrième mandat, une partie de l'opposition algérienne n'en utilise pas une arme de discrédit massif. Elle lance des appels à ce que tous les candidats puissent se retirer de cette course, ne pas faire campagne et laisser Bouteflika dans sa terrible solitude et son désir honteux de rempiler à la tête d'un état qui a depuis longtemps divorcé avec le pays.

Le quatrième mandat n'est pas une bonne nouvelle pour les Algériens. Sa philosophie tend à les maintenir dans un état de médiocrité et de végétation politique indigne de leur intelligence et de leurs qualités intrinsèques. Alors que le monde arabe, entraîné par une dynamique nouvelle, bouge, l'Algérie, telle que la rêve Bouteflika se recroqueville sur elle même, jusqu'à la sclérose. Le grand message de ce quatrième mandat a été perçu comme une volonté castratrice de la dynamique algérienne et un désir de jeter un voile sombre sur son avenir.

Le quatrième mandat n'est pas non plus une bonne nouvelle pour l'ensemble de la région. Alors que les antagonismes, le blocage, la désunion sont les maîtres mots du vocabulaire diplomatique régional, un changement d'hommes à la tête de l'Etat offrait plus de chances d'accéder à un changement de politique. Même si la conviction est profondément installée qu'aucun réel changement à l'égard des pays frontaliers de l'Algérie n’est à attendre, tant que le pays est encadré par un appareil politique (FLN) et sécuritaire (les fameux services) nourri à la haine du voisin. L'espoir réside qu'un nouveau président avait plus de chance de porter ce changement que l'ancien qui a montré à plusieurs reprises qu'il était le producteur, le relais et l'écho d'une fixation morbide sur le Maroc.

À l'international, le quatrième mandat est vécu comme un calvaire difficile à commenter. En France, même si officiellement la France, avec son passif algérien encore effervescent, ne se mêle pas des affaires intérieures algériennes, il n'en demeure pas moins que les commentaires en off oscillent entre le rictus amer et le franc désespoir. La diplomatie française semble avoir pris la décision de réagir au fur et à mesure, attendre les évolutions politiques et commenter en conséquence. Avec Washington et Moscou les relations sont à la fois plus compliquées et faciles à comprendre. Le silence américain et la complicité russe s'expliquent par ce que le journaliste d'origine algérienne du Nouvel Observateur Farid Aïchoune résume en quelques mots " L’Algérie abrite ainsi à Tamanrasset, à 2 300 kilomètres de la capitale, une base d’écoutes de la CIA. La Russie, elle, lui a vendu quarante chasseurs Sukhioï Su 30 dernier cri."

Il n'e demeure pas moins que le quatrième mandat de Bouteflika fait entrer l'Algérie et l'ensemble de la région dans une phase remplie d'incertitude et une séquence teintée d'angoisse. Personne ne peut parier que le processus électoral ira jusqu'à son terme et que Bouteflika puisse réaliser son rêve ...mourir dans son habit présidentiel.



Lundi 3 Mars 2014 - 10:38



Lundi 3 Mars 2014 modifié le Lundi 3 Mars 2014 - 13:23


1.Posté par dz power le 03/03/2014 12:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Même dans un cercueil ils l' aurait représenté! aucun respect pour les vieux ni pour les jeunes d'ailleurs. L' Algérie s'enfonce d'avantage encore et c'est regrettable.

2.Posté par REDA le 04/03/2014 19:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En Algérie on ose dire au moins ce que l'on pense de la candidature du président , ce n'est pas le cas de la presse au Maroc et de l'opposition.

3.Posté par amri le 05/03/2014 20:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est juste , cette candidature d'un autre âge ne fera que retarder le développement régional pour lequel l'algérie est un des moteurs puissants sur tous les plans

4.Posté par ZutZut le 06/03/2014 00:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@reda
Hahahhh si cela peut vous consoler, c'est votre affaire. Mais très maigre consolation pour un pays en détresse.

5.Posté par ZutZut le 06/03/2014 00:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ " l’Algérie est un des moteurs puissants sur tous les plans": ce qui se passe ne prouve qu'une seule chose : l'Algérie est une puissance en carton pâte: Une présidence à vie, des morts-vivants qui votent, un chômage endémique, un économie de rente, une corruption généralisée et institutionnalisée, une démocratie en berne et une opacité du régime très préjudiciable à tous les algériens et des problèmes à gogo à déprimer un éléphant. Vous avez dit "puissante" ?????????????????? 'Algérie se VAMPIRISE

6.Posté par Larbes le 06/03/2014 16:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je résume: un candidat par procuration dans un état de momie; un peuple opprimé; emprisonné; et qui n'a même pas le droit de manifester ni de circuler librement comme le dit le dernier rapport Américain sur les droit humains un pays au plus gros budget militaire d' Afrique alors qu' une partie de la population fouille dans les poubelles pour se nourrir voire" France 24" pourquoi tant d' armes et pour faire la guerre a qui? si ce n' est pour maitriser la population d'une main de Fer par le DRS et permettre la réélection du candidat Bouteflika envers et contre tous et vous rappelle de par l'occasion que la puissance n'est rien sans la maitrise et que contrairement a ce que vous pensez les marocains vous encourage a continuer sur cette voie ne changer surtout rien c' est parfait comme ça.

Nouveau commentaire :
Twitter

France | Maghreb | Atlas Eco | Société | Sport | Culture & Médias | International | Religion | Environnement | Opinion | Décryptages | Informations légales | Sience & Santé | Lu dans la presse | Fil direct | Les indiscrets | Atlas des livres | Opinions | Entretiens