Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Le président Bouteflika absent du "Sommet de l’Elysée pour la Paix et la Sécurité en Afrique" pour cause de maladie


Vendredi 8 Novembre 2013 modifié le Lundi 2 Décembre 2013 - 22:49

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, qui brille par son absence depuis sa longue hospitalisation à Paris, ne participera pas au "Sommet de l’Elysée pour la Paix et la sécurité en Afrique", qui se tiendra à Paris les 6 et 7 décembre.
L’absence du président algérien a été confirmée par l’Elysée qui abrite ce sommet, qualifié d’ « évènement exceptionnel » et « unique ». « En raison de la santé du président algérien, c’est le premier ministre Sellal qui représentera l’Algérie », a dit une source élyséenne.
Une quarantaine de chefs d’Etat africains ont déjà donné leur accord pour participer à ce sommet, ainsi que les dirigeants des institutions européennes, le secrétaire général des Nations unies et des présidents des organisations régionales africaines.
Le sommet sera consacré à trois thématiques: la paix et la sécurité en Afrique, l'économie et le développement et le climat.




La question de la santé du président Bouteflika a été ouvertement posée par des députés français dans un rapport de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale française.

Dans ce rapport, le premier effectué par des députés français sur l'Algérie, la maladie de Bouteflika est « aujourd’hui impossible à éluder ». «Si le secret qui l’entoure est total, la longue absence du chef de l’État puis son relatif effacement de la scène politique sont devenus le prisme d’analyse de tout événement ou de toute décision prise par les autorités algériennes», constatent les députés français.

La maladie de ce président, invisible mais à la parole prolifique, donne lieu à de nombreuses rumeurs, reconnaît la mission d’information pour qui appréhender l’évolution de l’Algérie dans les mois et les années à venir se révèle "fort difficile".

Pour les députés, L’opacité du système contribue beaucoup à compliquer toute réflexion sur le devenir de l’Algérie », estimant que que "les mois à venir vont être déterminants pour l’avenir de l’Algérie mais aussi, plus largement, pour celui de la région".

Et aux députés de souligner que « l’avenir politique de l’Algérie est encore difficilement prévisible » et qu’un constat s’impose: « L’Algérie, aujourd’hui, semble être un pays en attente ».

Vendredi 8 Novembre 2013 - 17:44

Par Hasna Daoudi





1.Posté par hyam le 10/11/2013 11:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On va même croire que ce malade est le mieux portant de tous les malades. Mais soit on parle en son nom, soit c'est lui qui parle en dormant. Moi je crois qu'on parle en son nom: mais alors qui fait parler le président algérien ???? On se croirait du temps de l'URSS. ça le bloc Est à fond. opacité et culture du secret

2.Posté par Moktar le 10/11/2013 12:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dans ses rares moments de lucidité, Boutef doit dire à tout le monde de se clamer un peu . Rien qu'en souvenir de son enfance et de sa jeunesse à Oujda. Lui qui est né, a vécu et grandi au Maroc.

3.Posté par Maktoub le 10/11/2013 14:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Gravement malade depuis des années et atteint d'un cancer, Bouteflika, le président algérien, est pourtant toujours là. C'est un cas rare qu'il faut étudier dans les écoles de médecine. C'est juste de la curiosité professionnelle !!!

4.Posté par Yacoubi Layan le 10/11/2013 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le président algérien doit être somnambule. Il doit écrire ses discours contre le Maroc la nuit. Le matin, bouteflika doit même pas savoir où il est.

Nouveau commentaire :
Twitter