Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Le pape prône le dialogue dans une Equateur en proie à l'agitation politique


Mardi 7 Juillet 2015 modifié le Mercredi 8 Juillet 2015 - 09:53

Le pape François a prôné mardi le dialogue en Equateur lors d'une messe en plein air devant 900.000 personnes à Quito, alors que le pays est en proie aux manifestations exigeant le départ du président socialiste Rafael Correa.




Il faut "lutter pour l'inclusion à tous les niveaux" et promouvoir "le dialogue", a déclaré le souverain pontife, dans une allusion directe au mouvement de protestation de l'opposition.

Le premier pape jésuite et latino-américain de l'Histoire a appelé à lancer "une révolution" pour évangéliser l'Amérique, "un cri" pour "guérir les blessures" et "construire des ponts", dénonçant la tentation des "dictatures, idéologies et sectarismes", la tentation de "diriger seul".

Selon le ministère de l'Intérieur, quelque 900.000 personnes ont assisté, malgré le froid et la pluie, à sa messe en plein air, d'une durée de près de deux heures, dans le parc Bicentenario, dans le nord de la capitale.

La veille, 800.000 fidèles avaient écouté son homélie dans le parc Los Samanes de Guayaquil (sud-ouest), sous une chaleur écrasante dépassant les 30 degrés.

Dans cette première messe, le pape argentin de 78 ans avait célébré la famille, "l'hôpital le plus proche" pour les âmes en peine. Le pape avait aussi appelé à mettre fin aux différences sociales en Equateur.

Cette fois, vêtu d'une chasuble noire et blanche fabriquée par des indigènes, il a fait référence à lutte pour l'indépendance des pays latino-américains : "Ce cri de liberté qui a jailli il y a un peu plus de 200 ans ne manquait ni ne conviction ni de force, mais l'Histoire nous dit qu'il n'a été efficace que quand il a laissé de côté les (ambitions) personnelles, la soif de diriger seul".

Ses paroles en Equateur, première étape d'un périple de huit jours qui le mènera aussi en Bolivie et au Paraguay, surviennent à un moment de crispation politique autour de la figure du président Correa, qui se présente comme un "catholique humaniste de gauche".

Elles ont été perçues chez une partie du public comme un appel direct au dirigeant équatorien, admirateur déclaré du pape François.

- 'Changer certaines choses' -

"Indirectement, il a dit au président de prendre en compte le fait qu'il y a des gens qui n'ont pas les mêmes idées. Il lui demande de changer certaines choses avec lesquelles les gens ne sont pas d'accord", a déclaré à l'AFP Felipe Lascano, étudiant de 22 ans.

Le président affronte depuis un mois l'un des forts mouvements de protestation depuis son arrivée au pouvoir en 2007, avec des manifestations d'opposants à sa politique à tendance socialiste, notamment son projet, finalement repoussé, de taxer davantage les héritages des personnes fortunées et les plus-values.

Il a tenté dès dimanche de rallier le pape à son combat contre les inégalités, en affirmant que "la pauvreté et la misère sur notre continent ne sont pas la conséquence du manque de ressources, mais de systèmes politiques, sociaux et économiques pervers".

Le pape François, connu pour sa fibre sociale, a semblé sur la même longueur d'onde en appelant à accorder "une attention spéciale" "à nos frères les plus fragiles et aux minorités les plus vulnérables, envers lesquels l'Amérique latine conserve une dette" car elle est considérée par les économistes comme la plus inégalitaire de la planète.

Mais le religieux, qui s'est aussi entretenu en privé lundi avec Correa, l'a également appelé à favoriser "le dialogue et la participation sans exclusion", pour que le climat s'apaise en Equateur.

"C'est ce dont nous avons besoin, qu'il y ait plus de dialogue, plus de compréhension, qu'il n'y ait plus de confrontations", confiait Francisco Estrada, 45 ans, présent mardi dans la foule.

"Le pape s'est réuni avec Correa, qui doit ouvrir son coeur pour être plus compréhensif, pour écouter la voix du peuple", ajoutait-il.

Le pape François quitte mercredi l'Equateur pour la Bolivie, où il restera jusqu'à vendredi, avant d'aller au Paraguay jusqu'à dimanche.
Mardi 7 Juillet 2015 - 21:43

Source AFP




Nouveau commentaire :
Twitter