Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Le niveau des mers augmente à une vitesse 60% supérieure aux prévisions


Vendredi 30 Novembre 2012 modifié le Vendredi 30 Novembre 2012 - 05:56




Le niveau des mers augmente à une vitesse 60% supérieure aux prévisions
Le réchauffement climatique entraîne l’élévation du niveau des mers mais celui-ci s’effectue à une vitesse 60% plus importante que ne l'avait projeté en 2007 le Giec (groupe d'experts de l'ONU sur le climat). Actuellement, les mers montent en moyenne de 3,2 millimètres par an.

C'est une étude préoccupante que viennent de dévoiler trois climatologues dans la revue britannique Environmental Research Letters. Celle-ci révèle que l’élévation du niveau des mers s’effectue à une vitesse 60% plus importante que ne l'avait projeté en 2007 le Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat). Ainsi, les experts indiquent que la projection "la plus fiable" du Giec en 2007, basée sur des données de 2003, prévoyait une hausse de 2 millimètres par an d'ici 2010 alors qu’elle est en réalité de 3,2 mm.

Dans son rapport de 2007, le Giec avait estimé qu'avec ce rythme, la hausse atteindrait de 18 à 59 centimètres d'ici à la fin du siècle. Mais une série d'études scientifiques indiquent désormais que l'élévation pourrait atteindre, voire dépasser, un mètre. Bien que l’étude qui vient d’être réalisée n’ait pas porté sur ce point, ce chiffre est jugé crédible par Stefan Rahmstorf de l'Institut de recherche sur l'impact du changement climatique de Potsdam, un des auteurs de l'étude.

Pour justifier cette différence, les spécialistes ont d'ores et déjà émis quelques hypothèses. Selon eux, l'estimation trop basse du Giec sur la hausse du niveau des mers peut s'expliquer par le fait que l'ampleur du phénomène de fonte des calottes glacières ou glaciers plus modestes était bien moins connue à l'époque. De plus, le dernier rapport du groupe se base sur des informations obtenues entre 1993 et 2003. A l'époque, les mesures par satellite étaient encore relativement nouvelles, et les scientifiques manquaient de recul pour être sûrs de leur fiabilité.

Néanmoins, une telle montée pour avoir de sérieuses conséquences. "Cela signifie que les zones situées à moins d'un mètre au-dessus du niveau de la mer, où il y a une grande concentration de population comme au Bangladesh, vont disparaître", a souligné l'un des co-auteurs, Grant Foster, de la société américaine Tempo Analytics.

"Il va y avoir des centaines de millions de réfugiés climatiques, ainsi que de possibles guerres et toutes sortes de conflits pour l'accès aux ressources", a-t-il ajouté cité par l'AFP. "Pour les grandes villes côtières comme New York, les effets attendus sont probablement ce qu'on a vu pendant l'ouragan Sandy", a-t-il encore tenu à préciser.

Vendredi 30 Novembre 2012 - 05:52

Avec Maxisciences





1.Posté par jipebe29 le 01/12/2012 23:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'aime bien ce genre de titre qui laisse croire que le futur sera plus cataclysmique que les pires prévisions antérieures, afin de paniquer les citoyens... qui n'en croient pas un mot.... Il est exact que l'augmentation des niveaux marins mesurée par satellite est supérieure de 60% à ce que prévoyait le GIEC, qui avait sans cesse revu ses prévisions à la baisse. Toutefois, 3,2 mm/an, est-ce si grave? Car +60% de +2mm/an = +3,2 mm/an, ce qui ferait au plus, si cette pente se poursuit, +25,3 cm à la fin de ce siècle, et jamais un mètre ou plus, prévisions issues de cerveaux endoctrinés par le dogme du RCA... De plus, il faudrait indiquer la marge d'incertitude, comme pour toute mesure physique. Enfin, les mesures par marégraphes sont inférieures, et indiquent plutôt de 2 à 2,5 mm/an, avec une marge d'incertitude de +-0,8 mm/an. Affirmer que les niveaux océaniques vont monter de plus d’un mètre d’ici 2100 ne repose sur rien de crédible, d’autant que les 3300 sondes ARGO ont mesuré un léger refroidissement des températures océaniques depuis 2003. Encore du delirium carbonum...

2.Posté par jipebe29 le 01/12/2012 23:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le GIEC s'est déjà planté sur les augmentations de température globale: en effet, depuis 16 ans, T est stable, malgré une augmentation continue du taux de CO2 (dont la part anthropique est estimée à moins de 4%).
Les droites de tendance Hadcrut et RSS sont quasiment à pente nulle depuis 1997:
http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:1997/offset:-0.15/trend/plot/rss/from:1997/trend
Alors, pour le futur, les prévisions des modèles numériques ne sont pas crédibles, tout comme celles de l'Institut de Potsdam, connu pour ses outrances, et qui récidive...

Nouveau commentaire :
Twitter