Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 







Le ministre algérien des AE conforte les propos racistes d'Ouyahia sur les migrants subsahariens


Lundi 10 Juillet 2017 modifié le Vendredi 14 Juillet 2017 - 08:33

Ce lundi, le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a lui aussi franchi le rubicond et emboîté le pas d'Ahmed Ouyahia, chef de cabinet du président algérien Bouteflika, auteur de déclarations indécentes sur les migrants subsahariens et leur supposée "dangerosité", ainsi que la menace qu'ils représentent pour la sécurité de l'Algérie.




Le ministre algérien des AE conforte les propos racistes d'Ouyahia sur les migrants subsahariens
Pour le chef de la diplomatie algérienne, le flux important de migrants subsahariens constituant "une menace pour la sécurité nationale".

Quant aux réactions des ONG des droits de l'homme, M. Messahel semble leur accorder que peu d’intérêt; "L'Algérie n'a pas à recevoir de leçon d'aucun individu, organisation ou parti politique, et ses enfants ont le devoir de la défendre", a-t-il déclaré à la presse, estimant que ""Les Algériens sont jaloux de la souveraineté et de la sécurité nationales".

Les propos de son camarade Ouyahia ont provoqué un tollé sur les réseaux sociaux et ont été qualifiés de "choquants et scandaleux" par Amnesty International.

" Ces étrangers en séjour irrégulier sont source de crime, de drogue et de plusieurs autres fléaux", a déclaré samedi Ahmed Ouyahia sur la chaîne Ennahar TV.

"Et quand on me parle de droits de l’Homme, je dis : nous sommes souverains chez nous", a répondu le chef de cabinet du président Bouteflika avec rang de ministre d'Etat aux protestations d'Amnesty international qui lui rappelait que "ces personnes ont fui les guerres, la violence et la pauvreté. Ils sont venus en Algérie chercher la paix et la sécurité. Il est de notre responsabilité de les accueillir, conformément aux textes internationaux signés et ratifiés par l’Algérie ".

Pour l’ancien président de la Commission nationale consultative de protection et de promotion des droits de l’Homme, Farouk Ksentini, il faut contrôler les migrants subsahariens "médicalement et socialement parce qu’ils portent avec eux des maux sociaux"

Sur la question des droits et du traitement des migrants subsahariens, MM Messahel, Ouyahia ou Ksentini, sont sur la même longueur d'ondes et ne cachent pas ni leur mépris, ni leur racisme à l'égard des migrants subsahariens.

Lundi 10 Juillet 2017 - 19:25

Par Hasna Daoudi





1.Posté par lahcen le 11/07/2017 22:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et ils ont raison .Un immigrant qui n'a ni argent, ni ou dormir ,ni ou se laver ,l'Algerie ne va pas s'occuper de lui .On a déjà beaucoup de ces gens là qui sont pris en charge .Alors prenez-les vous marocains .

2.Posté par J le 03/08/2017 17:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lahcen

Ces gens sont africains contrairement à toi, le migrant qui vient d'Europe ou du Moyen Orient, c'est toi, pas eux, l'Afrique est un continent noir, comme l'Europe un continent blanc, l'Afrique n'est pas notre continent, y être nés ne fait pas de nous des africains, comme les noirs nés en Europe ne font pas d'eux des européens, avant d'être raciste, il faut réfléchir au lieu de dire des anneries.

3.Posté par lahcen le 04/08/2017 09:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qui t'as-dis que je suis raciste ?? J'ai dis que l'Algerie ne peut pas supporter plus qu'il n'en faut .Je suis Algerien Musulman,Arabo-Berbère et Africain mais il y a trop d'Africain en ALgerie et le pays ne peut pas supporter les charges car il y a des chômeurs aussi Algeriens . C'est a celui qui a foutu la merde en Libye de s'en charger et tu sais lequel . Bonne journée .

Nouveau commentaire :
Twitter