Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Le fils du ministre Laurent Fabius, Thomas, intrigue les juges mais pas le fisc


Jeudi 2 Mai 2013 modifié le Jeudi 2 Mai 2013 - 22:25

Le fils du ministre a acquis un appartement de 7 millions d’euros, alors qu’il est non imposable.




Le fils du ministre Laurent Fabius, Thomas, intrigue les juges mais pas le fisc
Thomas Fabius, le fils trentenaire du ministre français des Affaires étrangères, serait dans le collimateur du parquet de Paris, selon le site internet de l’hebdomadaire le Point. La justice s’intéresserait, selon le journal, aux conditions d’acquisition, l’an passé, d’un immense appartement (280 m2) très bien situé dans Paris… pour 7 millions d’euros. Hier, l’AFP certifiait également que la cellule de renseignement financier Tracfin avait bien reçu un signalement après cette transaction.

Tracfin. «Comment le fils du numéro 2 du gouvernement, qui ne paie pas d’impôts sur le revenu alors qu’il est résident fiscal en France, a-t-il pu acquérir un bien de 7 millions d’euros sans que les services de Bercy cherchent à en savoir plus ?» se demandent les journalistes du Point, qui affirment que Thomas Fabius n’a fait l’objet d’aucune enquête fiscale, malgré le signalement de Tracfin.

Thomas Fabius a donné son explication à l’hebdomadaire. Il aurait contracté un prêt bancaire «comme tout le monde» pour acheter l’appartement (l’ancien logement du réalisateur Claude Zidi). Avec pour garantie, sa société TF conseils, une boîte de conseil «aux entreprises en matières d’acquisition, spécialisé en immobilier d’entreprise et gestion de patrimoine» dont il est le fondateur. Or, poursuit le Point, «quand on se penche sur les comptes de ladite société, on ne trouve trace d’aucun salaire, ni dividende». Elle n’aurait réalisé qu’un bénéfice de 92 532 euros en 2010 et de 11 880 en 2011. Et Thomas Fabius ne serait pas imposé sur la fortune. Un agent immobilier cité par l’hebdomadaire rapporte que le fils Fabius lui aurait affirmé posséder «un budget de 7,5 millions d’euros, en partie gagné au jeu».

Casino. Une précédente affaire judiciaire avait en effet dévoiler le goût trop prononcé de Thomas Fabius pour les casinos (il y est aujourd’hui interdit d’accès). Il a été condamné en juin 2011 à 15 000 euros d’amende, dont 10 000 avec sursis, pour abus de confiance. Thomas Fabius avait alors choisi de répondre de ses actes devant la justice dans le cadre, bien plus discret, d’une procédure de plaider-coupable - en France, on dit «comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité». En échange de sa reconnaissance de culpabilité, il avait bénéficié d’une peine plus légère, sans procès et sans inscription sur son casier judiciaire.

Enfin, des sources judiciaires et proches de l’enquête avaient indiqué à l’AFP en septembre, que Thomas Fabius était visé par une enquête préliminaire pour «tentative d’escroquerie et faux» à la suite d’une plainte pour des faits reprochés datant de novembre 2011…

Interrogé par le Point, le cabinet du ministre des Affaires étrangères a assuré n’être en rien concerné par les affaires du fils du ministre. Fabius fils n’aurait bénéficié «d’aucune donation ou héritage familial».

Jeudi 2 Mai 2013 - 11:30

Avec Libération




Nouveau commentaire :
Twitter