Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Le chef d'Al-Qaïda prête allégeance au nouveau leader des talibans


Samedi 11 Juin 2016 modifié le Samedi 11 Juin 2016 - 18:45

Le message date du 27 mai, soit deux jours après la confirmation par les talibans de la mort du mollah Mansour, ancien chef des talibans afghans.

AFP




Ayman al-Zawahiri, le chef d'Al-Qaïda, a fait allégeance au nouveau leader choisi par les talibans afghans après la mort de leur ancien chef dans une attaque américaine, a indiqué ce samedi le centre américain de surveillance de sites djihadistes SITE. Ayman al-Zawahiri a proclamé cette allégeance au mollah Haibatullah Akhundzada, dans un message audio d'une durée de 14 minutes mis en ligne sur ces sites, selon le centre américain. « En tant qu'émir d'Al-Qaïda [...], je vous donne mon allégeance, en renouvelant la tradition [instaurée] par notre chef Oussama ben Laden », a déclaré Ayman al-Zawahiri à l'intention du mollah Haibatullah Akhundzada, qui a succédé au mollah Mansour, qui a été tué par un drone américain au Pakistan. Il a appelé « la nation musulmane » à suivre son exemple en proclamant « soutien et allégeance à l'émirat islamique », le nom donné par les talibans à leur État islamiste en Aghanistan entre 1996 et 2001.

Un message du 27 mai

Il a daté son message du 27 mai, soit deux jours après la confirmation par les talibans de la mort du mollah Mansour. Le même Zahawhiri avait fait allégeance en août 2015 au nom d'Al-Qaïda au mollah Mansour. Le fondateur d'Al-Qaïda, le Saoudien Oussama ben Laden, tué dans un raid des forces américaines en 2011 au Pakistan, se considérait comme l'invité des talibans. Il avait été le premier à prêter serment d'allégeance à Mollah Omar, le premier chef des talibans après que son mouvement s'est installé dans les années 1980 des deux côtés de la frontière afghano-pakistaine. Al-Qaïda jouissait de ce fait de la protection des talibans dans cette zone, selon les spécialistes.
Samedi 11 Juin 2016 - 18:44





Nouveau commentaire :
Twitter