Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Le canal de Panama, vieux de 102 ans, s'offre une nouvelle jeunesse


Dimanche 26 Juin 2016 modifié le Dimanche 26 Juin 2016 - 15:13

Plus d'un siècle après son inauguration, le canal de Panama s'offre une deuxième jeunesse dimanche en dévoilant le résultat de neuf ans de travaux titanesques, qui ont lui permis de s'agrandir pour doper ses capacités commerciales.




Une dizaine de dignitaires étrangers, dont les présidentes de Taïwan Tsai Ing-wen et du Chili Michelle Bachelet, assisteront à la cérémonie, la plus importante pour le canal depuis son ouverture en 1914, qui avait révolutionné le commerce mondial.

Un bateau chinois, baptisé Cosco Shipping Panama pour l'occasion et désigné par tirage au sort, sera le premier à traverser le canal élargi. Dans la matinée, il franchira la première des deux nouvelles écluses, celle d'Agua Clara, côté océan Atlantique.

Dans l'après-midi, il arrivera à celle de Cocoli, sur le Pacifique. C'est là qu'aura lieu la cérémonie officielle, présidée par le président panaméen, Juan Carlos Varela.

L'événement survient à point nommé pour le pays, chahuté par le scandale mondial d'évasion fiscale Panama Papers, qui a révélé début avril l'utilisation à grande échelle de sociétés offshore via le cabinet d'avocats panaméens Mossack Fonseca.

"Nous montrons au monde le vrai visage du Panama et cela doit avoir un effet positif sur l'image du pays face à ces adversités que nous traversons", a déclaré dans un entretien à l'AFP l'administrateur du canal, Jorge Quijano.

Ce pays d'Amérique centrale veut maintenant attirer l'attention mondiale avec son célèbre canal, déclaré l'une des sept merveilles du monde moderne.

"Nous avons agrandi la merveille. C'est une grande étape pour un petit pays et cela nous remplit d'orgueil d'avoir réussi à le faire", confie M. Quijano.

Désormais, le canal de 80 km de long accueillera des bateaux contenant jusqu'à 14.000 conteneurs, mesurant jusqu'à 49 mètres de large et 366 mètres de long, triplant ainsi sa capacité. Auparavant, les navires trop imposants transitaient par le canal de Suez, plus large.

Le Panama espère, d'ici dix ans, doper ses performances annuelles, en doublant son volume de transit (300 millions de tonnes) et en triplant ses recettes (un milliard de dollars).


48 % du PIB du pays


Le canal est déjà le passage obligé pour 5% du commerce maritime mondial, avec les Etats-Unis et la Chine comme principaux clients. En un siècle, il a vu passer plus d'un million de bateaux.

En améliorant ses recettes, il dopera celles de l'Etat panaméen. "Avec le canal élargi, les recettes du Trésor vont augmenter, ce qui bénéficiera aussi aux autres secteurs d'activité" du pays, observe Nicolas Ardito Barletta, ex-président panaméen et ancien vice-président de la Banque mondiale en Amérique latine.

Selon lui, le canal, avec les activités logistiques et bancaires annexes, apporte 45% du PIB du pays.

Son agrandissement devrait stimuler les échanges commerciaux entre les Etats-Unis et l'Asie, qui verront se réduire les coûts de transport des marchandises.

Le marché visé est notamment celui du transport de gaz naturel liquéfié depuis le Texas et la Louisiane jusqu'en Asie (Japon surtout).

"L'inauguration du canal de Panama élargi signifie de nouvelles opportunités pour le commerce international et, pour le Panama, le renforcement de ses avantages compétitifs comme centre logistique", explique à l'AFP le président Varela.

Grâce au nouveau canal, le Panama devient ainsi "l'un des centres névralgiques du commerce international", a estimé samedi le président de la Banque interaméricaine de développement, Luis Alberto Moreno, qui table sur "un effet domino sur tout le continent américain en modifiant profondément toute la chaîne logistique".

Selon lui, cela aura "un effet domino sur tout le continent américain en modifiant profondément toute la chaîne logistique".

Lancé en 2007, le projet consistait à bâtir une troisième voie et un nouveau jeu d'écluses, tout en procédant à quelques rénovations.

Sa mise en pratique a été semée d'embûches: des disputes incessantes entre l'administration du canal et le Groupement Unis pour le canal (GUPC), consortium chargé des travaux, ont créé des retards.

En 2014 le consortium, composé des groupes espagnol Sacyr, italien Salini Impregilio, belge Jan de Nul et panaméen Constructora Urbana, n'avait pas hésité à geler le chantier pour réclamer un budget supplémentaire de 3,5 milliards de dollars.

Plusieurs grèves d'ouvriers ont émaillé les travaux et l'apparition de fissures dans une écluse - depuis réparées - a porté un autre coup aux promoteurs du projet.

Le canal élargi est inauguré avec 20 mois de retard et un coût de 5,45 milliards de dollars, qui pourrait encore gonfler avec les réclamations déposées par le consortium.

(Avec AFP)
Dimanche 26 Juin 2016 - 09:24





Nouveau commentaire :
Twitter