Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Le Sport et le Ramadan, une question de modération


Mardi 23 Juin 2015 modifié le Mardi 23 Juin 2015 - 18:29

Le mois béni de Ramadan offre une disponibilité dans le temps pour une majorité de gens qui s'adonnent aux pratiques sportives de tous genres entre matches de football entre amis, courses, marche dans la forêt ou simples footing.




Amateurs, professionnels ou de simples citoyens, tous se mettent à la pratique du sport bien que confrontés au jeûne et surtout à un climat non clément.

Mais il y a lieu de se demander si la pratique du sport durant Ramadan offre un quelconque avantage pour la santé, ou présente au contraire un risque pour les personnes qui le pratiquent.

Dans une déclaration à la MAP, le spécialiste en physiologie et pathologie du sport, le Dr. Amine Doghmi, explique que le jeûne, au-delà de l'aspect religieux, aide le corps à se débarrasser des toxines et à les transformer même en substances utiles. Il permet aussi d'évacuer des déchets qui circulent avec le sang.

"Cela signifie que le corps va utiliser de l'énergie pour cette opération de purification, et le sport constitue donc un effort supplémentaire. Mais en cas de pressions intensives, il existe une réelle menace pour la santé", a-t-il averti.

Pour les amateurs, l'idéal serait une séance de 2 à 3 heures après le jeûne, ou 1h, juste avant la rupture du jeûne. Il faut éviter les efforts intenses pour ne pas mettre en péril la santé, avec notamment les risques de déshydratation, d'hypoglycémie ou encore de désordre cardiaque, a avancé Dr. Doghmi.

Pour les professionnels, l'exercice du sport est permis avec toutefois une réduction du rythme. Durant le jeune, l'effort doit être très modéré, entre 40 min et une heure, et pas de compétition de haut niveau. Pour les entrainements, ils doivent se dérouler après le jeûne, de 2 à 3h, conseille Dr. Doghmi, également responsable du Pôle médical du FUS Rabat.

Le spécialiste en cardiologie, Dr. Abdelhakim Merzouk, affirme, quant à lui, que la pratique du sport durant Ramadan "doit être modérée et se faire dans un milieu aéré et bien oxygéné afin d'éviter toute défaillance respiratoire qui peut parfois avoir des conséquences redoutables", ajoutant que les sports violents doivent être bannis. Selon lui, l'hypoglycémie demeure le premier risque auquel il faut faire attention en exerçant le sport durant ce mois béni.

Les deux spécialistes s'accordent ainsi à dire que la pratique du sport durant le mois sacré doit être modérée, pour des durées limitées et sur des créneaux bien précis, afin d'éviter tout malaise. Ils insistent également sur le régime alimentaire qui doit être sain, équilibré et diversifié.

Même constat chez les professionnels qui recommandent de réduire les heures d'activités sportives durant ramadan. Le président de la commission professionnelle de la fédération royale marocaine de Kick-Boxing, Lahcen El Hilali, estime ainsi qu'"il est recommandé pour les professionnels de réduire les heures de sport durant ce mois, en diminuant le rythme de 50 %, tout en tenant compte de la nécessité d'une bonne alimentation".

Pour les amateurs, ramadan constitue une occasion idoine pour s'adonner à toutes les pratiques sportives. C'est le cas de Zouheir, conseiller chez une multinationale basée sur Technopolis à Salé, qui a confié à la MAP que la pratique du sport durant ce mois sacré est bénéfique pour la santé pourvu que l'individu aille selon ses capacités.

"Bien que je ne sois pas un grand fan de sport, j'aime bien le pratiquer durant ce mois béni car ça me permet de me déstresser", a-t-il ajouté.
Mardi 23 Juin 2015 - 13:54

Source MAP




Nouveau commentaire :
Twitter