Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Le Roi et la diaspora




La visite qu'effectue ce mardi 23 février le Roi Mohammed VI au consulat du Maroc à Orly-ville en région parisienne, à l'occasion d'une visite d'amitié et de travail en France, est incontestablement un geste d'une grande portée symbolique.

Par Mustapha Tossa




Aussi inédite soit-elle, elle vise à incarner une posture et concrétiser une promesse. La posture c'est cette gouvernance de proximité pratiquée par le Roi du Maroc comme en témoignent ses visites nombreuses et répétées aux différentes régions du Royaume, les dernières étant celles qu'il avait rendues aux provinces du Sud et leurs deux villes emblématiques, Laâyoune et Dakhla. La promesse est celle lancée à travers un avertissement royal lors de son dernier discours du Trône à l'encontre de toutes les structures encadrant les intérêts des Marocains du monde. La colère royale a été perçue par la diaspora comme une réponse éclatante à leurs mésaventures chroniques avec les multiples structures étatiques à l’étranger.

Entre le Roi et la diaspora, c'est une grande histoire d'amour et d'allégeance. Le Roi ne rate aucune occasion de s'enquérir des préoccupations de cette communauté et de montrer une grande sensibilité à ses attentes et à son destin. Et ces Marocains du Monde, à l'image de tous les Marocains, font de l'attachement à la personne du Roi, un signal identitaire fort et marquant. En termes d'empathie, Mohammed VI avait eu les mots qui parlent :" En dépit de toutes les difficultés qu’ils rencontrent, nous notons avec satisfaction le nombre croissant de ceux, parmi eux, qui rentrent chaque année pour visiter leur pays et revoir les leurs. C’est pourquoi nous ne cessons d’exprimer notre fierté devant tant d’amour qu’ils portent à leur patrie, ainsi que notre volonté de veiller à la protection de leurs intérêts". Ce fut lors du dernier discours de la fête du Trône du 30 juillet 2015.

A cette époque, Le Roi avait dit aux Marocains qu'il ne tirait pas ses conclusions à travers des rapports administratives, secs et sans âme, mais à travers une expérience personnelle: "Au cours de mes visites à l’étranger et de mes rencontres au Royaume avec des membres de notre communauté à l’étranger, J’ai eu l’occasion de prendre la mesure de leurs préoccupations réelles et de leurs aspirations légitimes."

Le constat royal de la faillite de certains consuls fut aussi tonitruant que sans appel: "En effet, certains consuls, et non tous Dieu merci au lieu de remplir leur mission comme il se doit, se préoccupent plutôt de leurs affaires personnelles ou de politique". Cette clairvoyance à l'égard des frustrations des Marocains du monde et de leurs souffrances sous le joug d'un appareil administratif qui mêle la négligence à l'incompétence avait abouti à une attitude royale intransigeante: "Il faut, d’une part, relever de ses fonctions quiconque a été reconnu coupable de négligence, de dédain pour les intérêts des membres de la communauté, ou de mauvais traitement à leur égard".

Cette visite royale au consulat d'Orly vise en premier à vérifier sur le terrain et dans le concret si les directives royales lancées dans ce discours du Trône historique ont été suivies d'effets. Elle vise aussi à adresser des messages d'estime aux Marocains du Monde. Le Roi est le premier marocain à avoir une conscience réelle de ce qu'apporte cette communauté au bien-être, au prestige et à image du Maroc. Sur de nombreux plans, politique, économique, artistique ou médiatique, l'excellence marocaine a été démontrée. Toutes les occasions sont bonnes pour la célébrer et la mettre en valeur.

Et pour maintenir ce lien précieux entre une diaspora dynamique avide de performance et son pays d'origine, Mohammed VI avait insisté sur leur intégration dans le grand schéma de développement politique et nationale:" Afin de conforter la participation des Marocains de l’étranger à la vie nationale, Nous appelons à la mise en œuvre des dispositions de la Constitution relatives à l’intégration de leurs représentants dans les institutions consultatives et les instances de gouvernance et de démocratie participative".

Mardi 23 Février 2016 - 10:15



Mardi 23 Février 2016 modifié le Mardi 23 Février 2016 - 10:38

Nouveau commentaire :
Twitter

France | Maghreb | Atlas Eco | Société | Sport | Culture & Médias | International | Religion | Environnement | Opinion | Décryptages | Informations légales | Sience & Santé | Lu dans la presse | Fil direct | Les indiscrets | Atlas des livres | Opinions | Entretiens