Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Le Premier ministre Hariri se dit libre en Arabie, va rentrer au Liban "très bientôt"


Lundi 13 Novembre 2017 modifié le Mardi 14 Novembre 2017 - 08:01

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé qu'il allait "très bientôt" rentrer dans son pays, assurant être "libre" en Arabie saoudite où il se trouve depuis sa démission surprise qui a plongé le Liban dans une nouvelle crise politique.




Le Premier ministre Hariri se dit libre en Arabie, va rentrer au Liban "très bientôt"
Quelques heures plus tôt, le président libanais Michel Aoun avait estimé que "la liberté de M. Hariri a été restreinte" en Arabie saoudite au moment où l'ensemble de la classe politique libanaise s'interroge sur la liberté de mouvement du chef du gouvernement.

Lors d'un entretien dimanche avec la chaîne de télévision libanaise Future, sa première prise de position publique depuis sa démission le 4 novembre, M. Hariri a une nouvelle fois appelé l'Iran à ne pas s'ingérer dans les affaires du Liban et des pays arabes.

"Je suis libre ici, si je veux voyager demain, je voyage", a lancé M. Hariri. Les traits tirés, s'interrompant parfois pour boire de l'eau, le chef du gouvernement est même allé jusqu'à dire qu'il pourrait atterrir à Beyrouth "très bientôt", "dans deux ou trois jours", pour "entamer les procédures constitutionnelles nécessaires" à sa démission.

En effet, le président libanais n'a toujours pas accepté sa démission, affirmant qu'il attendait de le rencontrer pour en discuter avec lui.

M. Aoun a dénoncé "les circonstances obscures" dans lesquelles Saad Hariri "vit à Ryad" et soutenu que "toute position qu'il a pu prendre, qu'il va prendre, ou qui pourront lui être imputées (...) sont douteuses et ne peuvent pas être considérées comme des positions prises de son propre chef".

En annonçant depuis Ryad sa démission dans un discours diffusé par la chaîne à capitaux saoudiens Al-Arabiya, M. Hariri avait dénoncé la "mainmise" de l'Iran et du Hezbollah, membre de son gouvernement et proche de Téhéran, sur les affaires intérieures du Liban.

Son geste a très rapidement été perçu comme un nouveau bras de fer entre l'Arabie saoudite sunnite, important soutien de M. Hariri, et l'Iran chiite, grand allié du Hezbollah libanais.

Les deux poids lourds du Moyen-Orient s'affrontent déjà sur plusieurs dossiers régionaux, notamment les guerres au Yémen et en Syrie.

A la demande de Ryad, les chefs de la diplomatie des pays arabes se réuniront "en urgence" dimanche prochain au siège de la Ligue arabe au Caire pour discuter des "violations" de l'Iran dans la région, a-t-on appris dimanche de sources diplomatiques.

"On ne peut pas continuer au Liban de la sorte, avec les ingérences de l'Iran, avec un mouvement politique qui pratique ces ingérences avec lui", a réitéré dimanche soir M. Hariri, en référence au Hezbollah.

Lundi 13 Novembre 2017 - 14:10

Atlasinfo (avec AFP)




Nouveau commentaire :
Twitter