Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Le Partenariat de mobilité Maroc-UE, une base appropriée pour soutenir une politique migratoire marocaine juste et efficace (UE)


Mercredi 25 Septembre 2013 modifié le Mercredi 25 Septembre 2013 - 23:56

Le Partenariat de mobilité Maroc-UE, signé en juin dernier, constitue une base appropriée pour soutenir une politique migratoire marocaine juste et efficace, a affirmé l'Union européenne.




Le Partenariat de mobilité Maroc-UE, une base appropriée pour soutenir une politique migratoire marocaine juste et efficace (UE)
Dans un communique de Délégation de l'Union européenne au Maroc publié à l'occasion de la visite au Royaume du directeur général de la Commission européenne en charge des Affaires intérieures, Stefano Manservisi, l'UE souligne que ce partenariat est assorti d'un appui technique et financier de l'UE et de ses Etats membres, de plusieurs millions d'euros, destinés à des projets de coopération qui vont dans le sens des recommandations émanant du récent rapport du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), relatif à la situation des migrants et des réfugiés au Maroc.

Le rapport du CNDH reconnaît clairement le fait que le Maroc ne se perçoit plus simplement comme une terre d'émigration mais qu'il est devenu une terre d'asile et d'installation durable des migrants et des réfugiés, note le communiqué, ajoutant que le même document reconnaît aussi des atteintes aux droits des migrants irréguliers, qui inquiètent l'UE depuis longtemps, et formule des recommandations concrètes pour y mettre fin.

Etant donné le caractère évolutif des initiatives reprises dans l'annexe du Partenariat, la Commission européenne va tenir compte des recommandations du rapport du CNDH, assure la Délégation de l'UE au Maroc.

Réitérant le soutien de l'UE "aux efforts du Maroc pour mettre en place une politique migratoire et d'asile juste et efficace par le Partenariat de mobilité", M. Manservisi, cité par le communiqué, indique que la Commission européenne "porte un regard positif sur les décisions prises au plus haut niveau afin de mettre en place une nouvelle politique migratoire et d'asile au Maroc, qu'elle considère très encourageantes".

Il s'agit, selon le responsable européen, d'une évolution cruciale qui témoigne de la volonté du Maroc de faire face à ses responsabilités en tant que terre d'accueil durable des migrants et réfugiés.

"Nous ne pouvons que nous en féliciter et nous accompagnerons le Maroc pour que les résultats soient à la hauteur des décisions qui viennent d'être prises. En effet, maintenant le défi majeur est de traduire dans la réalité ces engagements", souligne M. Manservisi, estimant que "le Partenariat de mobilité et de migration va permettre à l'UE de soutenir les efforts du Maroc dans ce domaine".

L'UE, poursuit le communiqué, s'est notamment engagée à coopérer de façon étroite avec le Maroc pour le renforcement du cadre législatif et institutionnel marocain en matière d'asile et de traite des êtres humains, renforcer la formation des personnes en charge de la migration au Maroc et mettre en place des politiques en matière d'intégration et de lutte contre l'exclusion et la xénophobie envers les migrants.

Consciente que la position géographique du Maroc, aux côtés de l'Europe, attire de nombreux migrants irréguliers, l'UE a élaboré des programmes pour donner un appui aux migrants les plus vulnérables et, notamment, améliorer l'accès des femmes et des enfants migrants aux services de santé publique, à l'éducation et la formation ainsi qu'à des recours juridiques en cas d'abus ou de violence, souligne la même source.

Et d'ajouter que l'UE a mobilisé des fonds, dans le cadre du Partenariat de mobilité, pour permettre aux migrants sub-sahariens qui souhaitent rentrer chez eux de pouvoir le faire.


La problématique migratoire exige des responsabilités partagées et le renforcement de la coopération régionale, insiste la Délégation, rappelant que l'UE a pris plusieurs initiatives dans ce sens, notamment le soutien au Processus de Rabat, l'organisation d'un séminaire sur la réadmission dans le cadre du dialogue UE-ACP (Assemblée parlementaire paritaire) sur la migration et une offre d'appui à la coopération régionale entre les pays du Maghreb en matière de migration et de mobilité.


Mercredi 25 Septembre 2013 - 18:27





Nouveau commentaire :
Twitter