Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Le Nigeria et ses voisins réunis à Niamey contre Boko Haram


Mardi 7 Octobre 2014 modifié le Mardi 7 Octobre 2014 - 09:05

Niamey accueille mardi un sommet régional consacré à la lutte contre le groupe islamiste armé Boko Haram, dont la nette montée en puissance constitue une grave facteur d'instabilité pour les voisins du Nigeria, dont le Niger.




Fin septembre lors de l'Assemblée générale de l'ONU, le président nigérien Mahamadou Issoufou avait appelé à "plus d'efforts et de coopération", "tant au niveau régional qu'international" afin de faire face à cette menace.

"C'est dans cette perspective que les chefs d'Etat et de gouvernement du Cameroun, du Niger, du Nigeria, du Tchad et du Bénin se réuniront à Niamey le 7 octobre", avait-il annoncé.

La présence des présidents Goodluck Jonathan (Nigeria), Idriss Déby (Tchad) et Thomas Boni Yayi (Bénin) a été confirmée par leurs services de communication respectifs, contrairement à celle de Paul Biya (Cameroun), dont le pays, frontalier du Nigeria et des zones d'action de Boko Haram, est pourtant le premier concerné par la montée en puissance du groupe islamistes.

Le programme des discussions et des éventuelles décisions n'a pas été communiqué.

Cette réunion se déroule alors que rien ne semble pouvoir endiguer la montée en puissance de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, où le groupe menace désormais de s'emparer de la capitale de l'Etat de Borno, Maiduguri, un carrefour régional de près d'un million d'habitants.

Les combattants islamistes ont également pris le contrôle ces derniers mois de plusioeurs localités frontalières de l'Extrême-Nord du Cameroun voisin, où ils multiplient les incursions malgré le déploiement de troupes d'élite de l'armée camérounaise.

Lundi, au moins huit personnes ont été tuées dans une localité de cet Extrème-Nord camerounais au cours d'une attaque à la roquette attribuée au groupe islamiste, selon des sources de sécurité locales.



Mardi 7 Octobre 2014 - 09:04

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter