Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Le Maroc plaide pour le renforcement de la coopération et du dialogue entre les pays de l'UMA


Vendredi 9 Mai 2014 modifié le Vendredi 9 Mai 2014 - 21:34

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Salaheddine Mezouar a plaidé, vendredi à Rabat, pour le renforcement de la coopération et la consécration du dialogue entre les pays de l'Union du Maghreb Arabe (UMA) en vue de transcender l'état d'immobilisme et de cloisonnement qui prévaut.




Salaheddine Mezouar
Salaheddine Mezouar
Le Royaume du Maroc est pleinement convaincu que le meilleur moyen pour relever les défis sécuritaires et les contraintes économiques, auxquels fait face la région maghrébine, consiste à renforcer la coopération et le dialogue entre les pays de la région selon une approche efficiente visant à établir des intérêts communs, sortir de la situation d'immobilisme et de cloisonnement, et édifier une union maghrébine fondée sur la consolidation des acquis et la préservation des constantes de l'intégrité territoriale des cinq Etats membres, a souligné M. Mezouar lors de la 32ème session du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UMA.

Le ministre a exprimé le souhait de voir émerger une nouvelle organisation régionale en mesure d'accompagner la conjoncture actuelle et de répondre aux aspirations des peuples de la région, soulignant que cet objectif ne peut être atteint sans une ferme volonté de surmonter les obstacles et les divergences et d'explorer les perspectives de consolidation de l'édifice magrébin.

Le gaspillage des ressources économiques, naturelles et humaines dont regorgent les pays de la région à cause du "gel des structures de l'Union", se fait au détriment de la population de la région, et conduit à la dispersion des énergies et des efforts visant la construction d'un avenir prometteur pour les générations futures, a-t-il dit.

M. Mezouar a rappelé que l'accélération de l'intégration maghrébine a été au centre des recommandations des acteurs économiques maghrébins lors de la réunion de Marrakech en février dernier, qui ont plaidé pour la mise en place d'un espace maghrébin intégré et le renforcement des relations entre les marchés des pays de l'union en garantissant la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux et en créant un marché commun maghrébin de l'énergie.

Le ministre a appelé également à la tenue, dans les plus brefs délais, d'une session spéciale du Conseil des ministres de la Justice et des affaires juridiques pour parachever l'élaboration de la stratégie sécuritaire maghrébine qui devra établir une approche sécuritaire prenant en compte les volets sécuritaire, de développement, religieux, culturel et éducatif, à même d'éviter les dangers qui menacent la sécurité et la stabilité de la région à travers la conjugaison des efforts pour lutter contre l'extrémisme, le crime organisé et la pauvreté.

Pour ce qui est des relations de l'Union maghrébine avec son environnement géographique, M. Mezouar a souligné que les relations historiques ancestrales et les valeurs civilisationnelles et spirituelles unissant la région maghrébine et l'espace sahélo-saharien doivent être mises à profit pour renforcer les liens de coopération entre les Etats et peuples des deux régions, en vue de réaliser le développement durable et de lutter contre les fléaux de terrorisme et d'extrémisme.

Cet état de fait rend aussi nécessaire l'élaboration d'"une nouvelle approche destinée au développement du continent africain, dont la clé de voûte serait la coopération sud-sud, prônée par SM le Roi Mohammed VI dans Son discours prononcé à Abidjan lors de la dernière tournée royale dans plusieurs pays africains".

Le ministre a, dans ce contexte, appelé les Etats maghrébins à partager cette vision avec le Royaume en vue d'ancrer l'appartenance africaine de ces pays et de créer un climat de sécurité et de stabilité dans la région.

Abordant les relations qu'entretient l'Union maghrébine avec les autres groupements, M. Mezouar a relevé que l'unité des rangs et l'unification de la position de négociation ont des retombées positives sur les relations entre les Etats et les blocs, généralement gouvernées par les intérêts et les bénéfices réciproques.

Par conséquent, poursuit le ministre, "notre intérêt commun nous dicte une ferme coordination en ce qui concerne le traitement des offres proposées par nos partenaires, au lieu de disperser les efforts et de rater les opportunités qui s'offrent, comme c'était le cas auparavant".

Il a, en outre, appelé à donner un nouvel élan à la dynamique économique entre les pays maghrébins et à faire aboutir les chantiers structurants en vue d'ériger l'UMA en un groupement puissant jouissant de la stabilité politique, économique et sociale, et capable de relever le défi du développement.

A l'ordre du jour de cette session, figurent de nombreuses thématiques, notamment les consultations politiques autour des questions arabes, régionales et internationales et le renfoncement de la coopération sécuritaire dans la région maghrébine, ainsi que d'autres questions en relation avec l'action maghrébine commune.

Cette session a été précédée de la 48ème réunion du comité de suivi de l'ensemble régional au niveau des ministres délégués et des secrétaires d'Etat.
Vendredi 9 Mai 2014 - 17:02

Avec MAP




Nouveau commentaire :
Twitter