Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Le Maroc, "partenaire incontournable" dans le traitement des questions de l'immigration (Touhami)


Mardi 13 Septembre 2011 modifié le Mardi 13 Septembre 2011 - 13:48

Le Maroc s'impose comme "partenaire incontournable" dans le traitement des questions liées à l'immigration, a indiqué M. Ahmed Touhami, président de la commission de l'Intérieur, de la décentralisation et des infrastructures à la chambre des représentants.




Ahmed Touhami
Ahmed Touhami
M. Touhami, qui a représenté le Maroc lors d'une conférence internationale tenue lundi au siège du parlement britannique à Londres sur l'asile et l'immigration, a souligné, dans un entretien à la MAP, que la rencontre a été l'occasion de mettre en relief la politique mise en oeuvre par le Royaume dans ce domaine.

Le Maroc, qui n'est plus un pays de transit mais bel bien un pays d'accueil d'immigrés, joue un rôle de plus en plus prépondérant dans le cadre de la lutte contre l'immigration clandestine, a dit M. Touhami, appelant l'Europe à renforcer son assistance technique et financière au Maroc pour que l'action contre l'immigration clandestine soit plus efficace. Il a indiqué avoir saisi l'occasion de la conférence pour appeler à un recentrage de la politique de l'immigration, qui ne doit plus être fondée sur une approche purement sécuritaire.

Cette politique doit favoriser le développement humain, a expliqué M. Touhami, ajoutant avoir proposé aux participants à la conférence de Londres d'adopter la politique marocaine dans le domaine du développement humain comme modèle.

L'Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) offre d'importants enseignements dans ce domaine, a-t-il fait observer, rappelant que cette politique clairvoyante consiste à valoriser l'être-humain en lui offrant les moyens de lancer des projets générateurs de revenus.

Une telle politique permet de fixer les candidats à l'immigration dans leurs régions, a-t-il dit, soulignant que l'INDH peut servir de modèle pour aborder la question de l'immigration sous un angle de développement humain qui ne peut qu'être avantageux.

La partie marocaine a, par ailleurs, saisi l'occasion de la conférence pour proposer le renforcement des mécanismes de lutte contre l'immigration clandestine à l'échelle maghrébine.

A cet effet, "nous avons exprimé notre regret quant à la fermeture des frontières entre le Maroc et l'Algérie", a-t-il dit, relevant qu'il s'agit d'une situation "aberrante et anachronique" qui empêche un flux humain et culturel entre les deux pays.

Le responsable a, par ailleurs, relevé que la conférence de lundi a été l'occasion de présenter à l'assistance les profondes réformes initiées par le Maroc, notant que les participants ont apprécié ces réformes à leur juste valeur, tout en saluant la pertinence et la sagesse des choix opérés par le Royaume.

Les participants à la conférence ont examiné plusieurs questions relatives notamment aux moyens de renforcer la lutte contre le trafic des être-humains, la situation des réfugiés au 21-ème siècle, les moyens d'anticiper les problèmes de l'immigration et l'assistance aux pays émetteurs d'immigrés et ceux de transit.

Plusieurs pays et organisations internationales, dont l'Italie, la Belgique, la Finlande, la Roumanie, le Haut Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés et Amnesty International, ont pris part à cette conférence.


Mardi 13 Septembre 2011 - 12:08

Source MAP




Nouveau commentaire :
Twitter