Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Le Maroc ne cesse de plaider en faveur de la relance d'un nouvel ordre maghrébin pour constituer une force agissante dans la région (Youssef Amrani)


Dimanche 20 Mars 2016 modifié le Lundi 21 Mars 2016 - 09:03

Le Maroc ne cesse de plaider en faveur de la relance d'un nouvel ordre maghrébin, en œuvrant à ce qu'il soit une force agissante dans la région, un facteur de stabilisation et de sécurisation de la zone sahélo-saharienne et un acteur structurant de l'intégration africaine, a souligné M. Youssef Amrani, chargé de mission au Cabinet Royal.




Le Maroc ne cesse de plaider en faveur de la relance d'un nouvel ordre maghrébin pour constituer une force agissante dans la région (Youssef Amrani)
Intervenant au panel Degrade and destroy: Countering Terrorism Abroad organisé dans le cadre de la 11ème session du forum de Bruxelles du German Marshall Fund, organisé avec le partenariat de l'OCP Policy center, aux côtés de Didier Reynders, vice-Premier ministre et ministre belge des Affaires étrangères, du Général Gratien Maire, vice - Chef d'Etat-major de la Défense française et de Jeff Sessions, Sénateur US, M. Youssef Amrani, a qualifié la situation géopolitique de la région de 'complexe'' et 'fragmentée'', en raison notamment de 'l'instabilité générale et des multiples menaces sécuritaires'' qui règnent dans plusieurs pays. Il a rappelé que 'la solution aux conflits persistants dans ces pays est avant tout tributaire du respect de principes fondamentaux'', relatifs notamment à la réconciliation nationale, au respect de l'intégrité territoriale des Etats, ainsi qu'à la consolidation de la démocratie''.

Les différentes menaces sécuritaires constituent un challenge pour la région, mais également pour l'Europe, voire au-delà, à l'ensemble transatlantique, a-t-il relevé, soulignant que pour faire face aux impératifs sécuritaires actuels et autres facteurs d'instabilité, seule 'une coopération efficiente est en mesure de contenir l'expansion du terrorisme international''.

L'instabilité qui règne dans la région, plus particulièrement dans la région sahelo saharienne, démontre qu'aucun Etat ou un acteur multilatéral, aussi puissant soit-il, ne peut imposer à lui seul des solutions de sortie de crise, a-t-il affirmé, notant que 'seul un Maghreb fort, uni et intégré est à même d'endiguer la menace terroriste, à la fois au Sahel, au Maghreb et dans l'espace méditerranéen en général''.

A cet égard, M. Amrani a particulièrement insisté sur 'la nécessité de construire une zone de paix et de prospérité partagée, selon une logique qui privilégie la solidarité, la coopération et l'unité, plutôt que les antagonismes et les oppositions'', eu égard aux défis multiples auxquels font communément face les pays de la région et aux opportunités considérables qu'offrirait une intégration régionale renforcée, qui œuvrerait comme une véritable plateforme pour assoir une coopération régionale agissante à tous les niveaux.

M. Amrani a estimé, dans ce contexte, que le fait d'aborder la question de la lutte contre la menace terroriste sous le seul prisme sécuritaire est une réponse incomplète qui implique des risques importants en termes de réversibilité.

Pour lui, il ne saurait y avoir de sécurité, de paix et de stabilité sans la mise en œuvre d'une approche cohérente et réaliste, basée sur quatre fondamentaux, à savoir le développement politique, la promotion économique, la coopération sécuritaire et la réforme du champs religieux, seul moyen permettant de lutter contre le radicalisme violent.

Il a souligné qu'en ce qui concerne le Maroc, outre le succès de la réforme du champ religieux, initié par le Roi Mohammed VI, l'approche novatrice et multidimensionnelle adoptée par le Maroc sur les plans régional et international pour endiguer le terrorisme et la menace extrémiste, vise à promouvoir un islam modéré, tolérant et ouvert, mais aussi la déconstruction des discours extrémistes violents. D'où, selon M. Amrani, 'l'importance particulière accordée à la qualification des Imams marocains et étrangers, ainsi que des Morchidines et Morchidates, à travers des programmes de formation religieuse conforme aux préceptes authentiques d'un islam modéré et tolérant partagé par tous les pays adhérant au rite malékite''.

Qualifiant le changement climatique de 'menace à la sécurité internationale'', M. Amrani a précisé que 'la préservation de la stabilité de l'environnement exige également l'examen des questions liées aux changements climatiques et à la sécurité alimentaire'', ajoutant que 'le succès de la politique énergétique du Maroc en matière de lutte contre les changements climatiques et de protection de l'environnement, conforte la position de leader du Royaume en la matière, en organisant la COP 22 à Marrakech, au mois de novembre prochain''.

M. Amrani n'a pas manqué de rappeler que face à une conjoncture internationale particulièrement instable à l'origine de défis inédits, il est indispensable, aussi bien pour l'Union Européenne et son voisinage Sud, de travailler ensemble pour 'reconstruire l'ordre international et renforcer les dispositifs institutionnels à même de préserver la stabilité''.

Il a regretté a cet égard que 'la Politique Européenne de Voisinage, qui visait à créer un cercle de pays stables, prospères et pacifiques dans son voisinage, n'a pas atteint les objectifs escomptés en raison notamment de l'inadaptation de certains instruments et de la profonde détérioration du voisinage de l'Union''. Selon lui, l'Union européenne se retrouve aujourd'hui confrontée au défi d'apporter des solutions urgentes à des situations complexes, comme par exemple la crise des réfugiés, estimant qu'''il est temps pour l'UE de renforcer ses capacités et revoir sa stratégie de sécurité intérieure''. Il a espéré que les consultations qui seront entreprises en juin 2016 par la haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangeres et la politique de sécurite Federica Mogherini, aboutiront à une stratégie globale ambitieuse de l'UE pour la politique extérieure et de sécurité, quel que soit le résultat du référendum britannique sur le Brexit le 23 juin et la présentation du nouveau concept stratégique de l'OTAN en juillet 2016.
Dimanche 20 Mars 2016 - 13:19





Nouveau commentaire :
Twitter