Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Le Maroc et la France appellent à l'entrée en vigueur du TICEN dans les "délais les plus proches"


Vendredi 14 Mai 2010 modifié le Vendredi 14 Mai 2010 - 08:40

Le Maroc et la France relèvent, à New York, l'"importance majeure" de l'entrée en vigueur dans les "délais les plus proches" du Traité d'Interdiction Complète des Essais nucléaires (TICEN).




Le Maroc et la France appellent à l'entrée en vigueur du TICEN dans les "délais les plus proches"
"Conscients de l'opportunité" offerte par la 8-ème Conférence d'Examen du Traité de Non Prolifération Nucléaire (TNP) qui se tient au siège des Nations Unies (3-28 mai), le Maroc et la France saisissent cette occasion pour rappeler "l'importance majeure de l'entrée en vigueur du TICEN dans les délais les plus proches", aselon le représentant permanent du Royaume auprès de l'ONU, l'ambassadeur Mohamed Loulichki, dans une déclaration conjointe au nom des deux pays.

Le Royaume assume avec la France la co-présidence, depuis septembre 2009, de la sixième conférence (dite "de l'article XIV") en vue de promouvoir l'entrée en vigueur du TICEN, un instrument essentiel pour le désarmement nucléaire et la non-prolifération, rappelle-t-on.

Les deux pays, "convaincus" de l'importance de l'entrée en vigueur du Traité "pour la paix et la sécurité mondiales, continueront à déployer les efforts nécessaires pour la concrétisation de cet objectif", a ajouté l'ambassadeur qui intervenait dans le cadre du comité 1 sur le désarmement nucléaire.

La France et le Maroc considèrent que l'entrée en vigueur du TICEN "soutiendrait efficacement les efforts internationaux de désarmement et de non-prolifération nucléaires" et se félicitent de "l'appel du Conseil de Sécurité à tous les Etats, par sa résolution 1887 du 24 septembre 2009, à s'abstenir de procéder à des essais nucléaires et à signer et ratifier le Traité d'Interdiction Complète des Essais Nucléaires afin qu'il entre rapidement en vigueur", a poursuivi M. Loulichki.

Les deux pays se félicitent de "l'adoption par consensus de la Déclaration finale qui a sanctionné les travaux de la 6-ème Conférence de l'Article XIV et des mesures prises appelant à l'entrée en vigueur du Traité, dans les plus proches délais et à l'interdiction de tous les essais nucléaires dans le but de concourir efficacement au désarmement nucléaire et à la non-prolifération sous tous ses aspects".

Tout en appelant à la mise en œuvre des mesures énumérées dans la Déclaration, le Maroc et la France rappellent les déclarations du Président des Etats-Unis d'Amérique et de sa Secrétaire d'Etat, réitérant l'engagement des Etats-Unis à ratifier bientôt le TICEN et se félicitent de la signature le 8 avril 2010 à Prague entre la Russie et les Etats-Unis du nouvel accord sur la réduction des armes stratégiques.

Ils réaffirment, à cet égard, "l'urgence pour les 9 Etats parmi les 44, qui restent visés à l'annexe II du Traité, à ratifier le TICEN, ouvrant ainsi la voie à l'interdiction complète des essais nucléaires et à la mise en Âœuvre d'un régime de vérification universel et contraignant, qui serait un instrument majeur dans le domaine du désarmement nucléaire et de la non-prolifération", ajoute la déclaration conjointe.

Le Royaume et la France exhortent "tous les pays à ratifier le TICEN pour faire avancer l'universalité du Traité, décisive pour renforcer la norme légale d'interdiction des essais nucléaires, qui constituera une avancée significative qui renforcera également le régime international de non prolifération et les efforts de désarmement".

Ils demandent à tous les Etats de "ne pas effectuer d'explosions expérimentales d'armes nucléaires" et affirment que le "respect volontaire continu et soutenu d'un moratoire est de la plus haute importance, mais ne peut se substituer à la ratification du TICEN, condition sine qua non pour l'entrée en vigueur du traité".

Ils considèrent que la ratification du TICEN par tous les Etats du Moyen Orient est de nature à créer un climat de confiance dans la région et rappellent "l'efficacité du système de surveillance de l'OTICEN, qui lui a permis de notifier aux Etats membres les événements sismiques survenus le 9 octobre 2006 et le 25 mai 2009 lors des essais nucléaires annoncés par la République Populaire Démocratique de Corée".

Le traité présente des avantages dans des domaines civils et scientifiques, notamment celui de la prévention des catastrophes naturelles telles que les tsunamis et les séismes, poursuit la déclaration, saluant le travail remarquable accompli dans ce domaine par le secrétariat technique provisoire.


Vendredi 14 Mai 2010 - 01:25

Source agence MAP




Nouveau commentaire :
Twitter