Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Le Maroc comptera sur ses propres moyens pour poursuivre le développement du secteur halieutique (Aziz Akhannouch)


Jeudi 15 Décembre 2011 modifié le Vendredi 16 Décembre 2011 - 05:19




Le ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch
Le ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch
Le ministre de l'Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch, a qualifié de "regrettable" le vote du parlement européen contre l'extension du protocole annuel de l'accord de pêche entre le Maroc et l'Union européenne, indiquant que le Royaume comptera sur ses propres moyens pour poursuivre le développement du secteur halieutique.

"Nous regrettons que le PE n'ait pas voulu récompenser tous les efforts énormes entrepris ces dernières années par le Maroc" pour le développement d'une pêche performante et de qualité, a indiqué le ministre à la presse en marge d'un congrès international sur l'arganier qui a ouvert ses travaux jeudi à Agadir.

M. Akhannouch a tenu à préciser qu'un accord équilibré avait été conclu, il y a dix mois, avec la Commissaire européenne pour la pêche, Maria Damanaki, aux termes de longues discussions et signatures, notant le fait que cette dernière "n'ait pas pu malheureusement porter ce projet au sein du Parlement européen".

"Aujourd'hui on nous envoie vers un autre accord" à discuter, a déploré le ministre qui a rappelé que ce vote aura "des conséquences très négatives sur la relation entre l'UE et le Maroc".
"Nous avons nos propres moyens pour développer le secteur", a par ailleurs souligné le ministre, ajoutant que l'Etat continuera à oeuvrer pour un développement durable du domaine à travers le soutien de la mise en oeuvre du plan Halieutis.
"Plutôt qu'une menace qui pourrait planer sur le secteur, il s'agit là d'une opportunité ", a insisté le ministre.
"Nous avons énormément de professionnels qui veulent pêcher cette ressource et la mettre en valeur en faveur du Maroc", a-t-il ajouté.

A une question sur la possibilité de s'orienter vers d'autres partenaires, le ministre a indiqué qu'il y a "la possibilité de donner cette exploitation à l'entreprise et aux professionnels marocains et à toute relation excellente bilatérale avec le Maroc". "Nous avons des demandes pour ça", a-t-il affirmé.


Jeudi 15 Décembre 2011 - 20:45

Avec MAP





1.Posté par lahibfes le 16/12/2011 03:10 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'accord à toujours été bénéfique aux européens,c'est dire combien le Maroc à de l'estime pour l'union et pour les pêcheurs bénéficiaires,souhaitons que ce refus marque le réveil de l'administration marocaine en charge du secteur de moderniser l'infrastructure de base et de doter le secteur de moyens adéquats pour pouvoir disposer de nos richesses ,créer des milliers d'emploi,et de vendre nos produits finis sur les différents marchés des quatres coins du monde.

2.Posté par Nadia le 16/12/2011 20:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Peut-être même qu'il s'agit là d'une très bonne opportunité pour le Maroc et les Marocains .. Marre de voir ces pêcheurs européens "massacrer" et "aspirer" tout notre poisson, on dirait des affamés !! Marre de devoir payer le kilo de sardines à 30 dh au lieu de 5 dh, le kilo de merlans à 130 Dh au lieu de 60 Dh avant cet accord de pêche .. Et combien de poissons remontent- ils dans leurs filets pour les rejeter en mer, morts !! comme des tortues des dauphins et autres ..

Nouveau commentaire :
Twitter