Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Le Maroc assure de tout son soutien les nouvelles autorités libyennes (Khalid Naciri)


Mercredi 7 Septembre 2011 modifié le Mercredi 7 Septembre 2011 - 21:23




Khalid Naciri
Khalid Naciri
Le Maroc a assuré à maintes reprises les nouvelles autorités libyennes de tout son soutien et de son entière disposition à leur apporter le concours nécessaire dans le confortement du processus de changement dans ce pays, a souligné mercredi le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Khalid Naciri.

Lors d'un point à l'issue du conseil de gouvernement, M. Naciri a affirmé que le Maroc, qui a suivi avec sympathie la transformation de la société et du système politique libyen, est prêt à apporter, à la demande des nouvelles autorités de Tripoli, "tout le soutien dont il est capable".

"Incontestablement, l'espace maghrébin, qui connaît un processus de dimension géopolitique, est en train de se transformer de fond en comble" après l'effondrement du régime du colonel Kadhafi, a-t-il soutenu. "L'approche globale initiée par les nouveaux responsables libyens se caractérise par un haut esprit de responsabilité et par le sentiment qu'ils prennent la mesure de la situation nouvelle que traverse non seulement la Libye, mais tout l'espace maghrébin", a ajouté le ministre.

Pour M. Naciri, "il est évident qu'un certain nombre de pays du Nord de la Méditerranée, dont la France, qui ont été en première ligne dans le processus du changement en Libye, vont se trouver dans un positionnement géopolitique nouveau".

Sur la question du Sahara, "il faut s'attendre à des changements majeurs", a poursuivi le ministre, considérant qu' " avant même l'effondrement du régime libyen, des signes avant-coureurs d'un début de transformation géostratégique dans la région apparaissaient, notamment, dans la manière dont l'opinion publique et la communauté internationales et les grandes puissances percevaient le rô le spécifique du Maroc".

Dans le même sens, il a évoqué "le traitement plus que favorable qui a été accordé au seul élément novateur sur la question du Sahara depuis la guerre froide, à savoir le plan d'autonomie présenté par le Maroc qui a été perçu de façon très positive et avec une indéniable considération comme étant l'approche la plus sérieuse pour sortir de l'impasse".

Cet état de fait "est consolidé aujourd'hui par le départ de l'un des principaux bailleurs de fonds et de l'un des principaux parrains de la création du polisario", a dit le ministre, estimant que "le traitement géopolitique du Sahara est à la veille d'un changement majeur".




Mercredi 7 Septembre 2011 - 21:20

Atlasinfo avec agences




Nouveau commentaire :
Twitter