Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Le Liban refuse de livrer Hannibal Kadhafi à la Syrie


Mercredi 16 Décembre 2015 modifié le Jeudi 17 Décembre 2015 - 08:31

Le ministre de la Justice souhaite le garder car il estime qu'Hannibal Kadhafi pourrait détenir des informations sur la disparition de l'imam Moussa Sadr.




Hannibal Kadhafi, l'un des fils de l'ex-dirigeant libyen ne sera pas livré à Damas. Les autorités libanaises ont rejeté mercredi une demande de la Syrie, car ce dernier a acquis le titre de "réfugié politique". Le ministre libanais de la Justice, Achraf Rifi, a justifié son refus par le fait que l'homme d'affaire libyen était poursuivi par la justice au Liban. Hannibal Kadhafi a été mis en examen lundi pour "possession d'informations sur la disparition de l'imam Moussa Sadr". Le Liban est sans nouvelle du fondateur du mouvement chiite Amal disparu il y a 38 ans lors d'une visite officielle en Libye. Depuis sa disparition, la communauté chiite libanaise tenait pour responsable l'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, dont la famille n'était donc plus la bienvenue au Liban.

Kidnappé par un groupe armé inconnu

Il a été mis en examen car l'enquête sur l'enlèvement se poursuit, avait indiqué à la sortie de l'audience son avocat Me Chadi Hussein. "Et parce qu'il est l'un des fils du principal accusé, Mouammar Kadhafi", a-t-il ajouté. La justice syrienne a de son côté réclamé le retour d'Hannibal en Syrie au regard de son statut de "réfugié", a expliqué Achraf Rifi. Selon lui, l'accord judiciaire entre les deux pays ne s'applique pas à Hannibal Kadhafi car il est recherché à Beyrouth. On ignore depuis combien de temps il résidait en Syrie. Hannibal, 40 ans, avait été kidnappé vendredi par un groupe armé inconnu dans la plaine de la Bekaa, dans l'est du Liban, alors qu'il venait de Syrie. Il a été libéré par la police quelques heures plus tard, puis soumis à un interrogatoire", avaient alors indiqué des sources de sécurité.
Mercredi 16 Décembre 2015 - 21:31

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter