Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Le Jihad islamique défile dans les rues de Gaza et promet de se "réarmer"


Vendredi 29 Août 2014 modifié le Vendredi 29 Août 2014 - 17:42




Des milliers de combattants et de sympathisants du Jihad islamique ont participé vendredi dans les rues de Gaza à une parade militaire aux allures de démonstration de force, trois jours après un accord de cessez-le-feu illimité ayant mis fin au conflit avec Israël.

Masqués, arborant tenues militaires kaki et fusils d'assaut ou armes de poing, ils ont défilé en brandissant plusieurs roquettes similaires à celles tirées sur Israël durant la guerre.

Le porte-parole de la branche armée du Jihad islamique à Gaza, les brigades Al-Qods, a pris la parole et remercié l'Iran et le mouvement chiite libanais Hezbollah pour leur soutien et assuré que son organisation "redoublerait d'efforts" pour se réarmer.

Israël "ne peut pas gagner à Gaza", a déclaré le porte-parole connu sous le nom d'Abou Hamza.

Le Jihad islamique est la deuxième force combattante de Gaza derrière le Hamas.

Le Hamas, qui contrôle le territoire, était la principale cible de l'opération israélienne "Bordure protectrice" lancée le 8 juillet. Mais le Jihad islamique a également pris part aux combats et aux tirs de roquettes sur Israël. Il a aussi été associé aux discussions indirectes menées sous les auspices égyptiens pour conclure une trêve avec Israël.

Un accord de cessez-le-feu est observé depuis mardi à Gaza après 50 jours d'une guerre qui a fait plus de 2.140 morts et 11.000 blessés parmi les Gazaouis et 71 morts côté israélien.

Comme le Hamas, le Jihad islamique, d'inspiration iranienne, est considéré comme une organisation terroriste par les Etats-Unis, l'Union européenne ou Israël. Sa branche armée, les Brigades Al-Qods ("Jérusalem", en arabe), revendiquent environ 8.000 hommes.

Israël "est un pays voué à l'extinction et à la défaite face à n'importe quelle armée de notre Oumma", la "nation musulmane", a déclaré Abou Hamza.

Tout comme l'avait fait la veille Khaled Mechaal le chef en exil du Hamas, le Jihad islamique a exclu tout désarmement.

"Nous confirmons que les armes de la résistance sont sacrées", a assuré le porte-parole.

"Même pendant la bataille, nous n'avons jamais cessé de produire des armes et nous redoublerons d'efforts... pour nous préparer à la prochaine étape qui sera - nous l'espérons - la bataille pour la liberté", a-t-il déclaré

Vendredi 29 Août 2014 - 17:41

AFP




Nouveau commentaire :
Twitter