Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





La vitamine D n’est pas une hormone miracle


Lundi 13 Janvier 2014 modifié le Lundi 13 Janvier 2014 - 01:17

Parée de toutes les vertus, la supplémentation en vitamine D n’aurait en réalité aucune efficacité dans la prévention des maladies non squelettiques.




Quand on a la grippe, on n’accuse pas sa mauvaise mine de nous avoir rendu malade… Il devrait en être de même pour le déficit en vitamine D, selon une étude de chercheurs lyonnais publiée dans The Lancet Diabetes & Endocrinology.

On connaît depuis des dizaines d’années l’importance de cette vitamine pour l’absorption du calcium, donc son rôle dans la croissance osseuse et sa composante musculaire. Mais certains la parent aussi de toutes les vertus : des maladies cardio-vasculaires aux cancers, en passant par la sclérose en plaques ou la maladie d’Alzheimer… pas un mois ne passe sans qu’une étude n’établisse un lien entre ces divers troubles non squelettiques et le déficit en vitamine D.

Pour y voir plus clair, des épidémiologistes de l’International Prevention Research Institute (Ipri) à Lyon se sont livrés à une importante revue de littérature. Au menu : 290 études prospectives (on observe le taux de vitamine D chez des patients souffrant de diverses pathologies) et 172 études d’intervention (on donne de la vitamine D et on voit ce que cela donne). Si les premières ont montré un lien statistique entre un taux bas de vitamine D et l’incidence de toutes les maladies citées plus haut, les secondes, en revanche, ont échoué à prouver que la supplémentation avait un effet protecteur.

Conclusion des épidémiologistes de l’Ipri : pour toutes les maladies non squelettiques, le taux bas ne serait qu’« un marqueur biologique de détérioration de la santé ». Provoqué par les processus inflammatoires en jeu dans ces pathologies, le déficit en vitamine D ne serait pas la cause, mais simplement la conséquence d’un mauvais état de santé, il serait donc inutile de supplémenter l’ensemble de la population. Voire dangereux, car la vitamine D est toxique à haute dose et peut entraîner une hypercalcémie.

Et pourtant, des membres éminents de la communauté scientifique promeuvent la supplémentation, nous rappelle un éditorial de la revue qui a publié l’étude dirigée par le Pr Philippe Autier. Pour eux, si les études d’intervention ne prouvent pas l’efficacité d’un apport en vitamine D, c’est parce qu’elles seraient mal menées (supplémentation inadéquate, population mal choisie…).

Le problème est que l’on peine à définir une dose optimale de vitamine D. Le seuil minimal, sous lequel on est considéré en déficit, de 75 nmol/l (ou 30 ng/l, milliardième de gramme par litre) a été établi par un collège d’experts américains. Mais pour le Pr Autier, c’est « une invention, qui ne repose sur aucune base scientifique ». « Aux États-Unis, enrage l’épidémiologiste, un groupe de gens influents financés par l’industrie des cabines UV ont inventé cette idée que l’on serait en déficit à des taux inférieurs à 75 nmol/l. Mais à ce compte-là, presque 90 % de la population est déficitaire ! »

Et d’ajouter, sarcastique, que des déficits en vitamine D ont même été retrouvés chez de jeunes surfeurs hawaïens… Or cette vitamine nous vient essentiellement du soleil, l’exposition aux UVB permettant de synthétiser naturellement de la vitamine D3 à partir d’un dérivé du cholestérol. Nul besoin pour autant de courir les cabines de bronzage : « C’est une vitamine liposoluble, explique le médecin nutritionniste Laurent Chevallier. S’exposer l’été suffit donc souvent pour le reste de l’année. » On passe certes de moins en moins de temps à l’extérieur dans nos sociétés modernes, « or physiologiquement nous sommes faits pour vivre dehors », explique le Dr Chevallier.

Mais il en faut peu pour couvrir nos besoins : s’exposer moins de trente minutes par jour à la lumière extérieure suffirait, sans risque aucun de synthétiser « trop » de vitamine D. Exposition à moduler selon la couleur de peau et la latitude : « Il faut faire attention aux populations à peau pigmentée, précise Philippe Autier, qui ont beaucoup de mal à faire la synthèse car leur peau arrête davantage les UVB, surtout chez les femmes lorsque, pour des raisons culturelles, elles se couvrent de nombreux vêtements. » Autrement dit, à moins qu’il ait la peau ébène, soit vêtu de la tête aux pieds et vive au pôle Nord… un adulte en bonne santé n’a nul besoin de supplémentation. Et pourtant, 50 % de la population adulte américaine prendrait de la vitamine D.

Loin des 75 nmol/l définis par les experts américains, Philippe Autier con­sidère que « sous 30 nmol/l, cela pose sans doute problème et il faut regarder de plus près ». Pas question cependant de doser la vitamine D de l’ensemble de la population ! La HAS a donc rappelé en octobre dernier les règles de bonne pratique : ce dosage n’est nécessaire que dans certains cas définis *. C’est pourtant l’un des examens sanguins les plus remboursés par l’Assurance-maladie ! Or, précise Véronique Coxam, chercheuse à l’Inra en micronutrition humaine, « le dosage en vitamine D n’est pas très fiable, et pour un même dosage on aura une grosse variabilité d’un laboratoire à l’autre ».

Côté supplémentation, « les recommandations actuelles ne devraient pas changer », estime donc le Pr Autier. La vitamine D est, en France, recommandée aux femmes enceintes ou allaitantes, aux jeunes enfants (jusqu’à 2 ans, voire 5 ans pour ceux à peau noire) et, en association avec du calcium, aux personnes âgées vivant en institution. Bref, tous ceux qui ont des besoins accrus en vitamine D et s’exposent peu au soleil.

Lundi 13 Janvier 2014 - 01:15

Source le Figaro




Nouveau commentaire :
Twitter