Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








La premier réseau russe de cinémas refuse de distribuer un film sur Nicolas II


Mardi 12 Septembre 2017 modifié le Mardi 12 Septembre 2017 - 22:34

Le plus important exploitant russe de salles de cinéma a indiqué mardi avoir renoncé pour des "raisons de sécurité" à projeter "Matilda", film controversé sur la liaison entre le tsar Nicolas II et une ballerine ayant provoqué la colère d'orthodoxes traditionalistes.




Des croyants orthodoxes russes portent une icône représentant la famille canonisée du dernier Tsar russe Nikolay II, lors d'une manifestation contre le film "Matilda", à l'église de la Résurrection à Moscou le 1er août 2017.
Des croyants orthodoxes russes portent une icône représentant la famille canonisée du dernier Tsar russe Nikolay II, lors d'une manifestation contre le film "Matilda", à l'église de la Résurrection à Moscou le 1er août 2017.
Pour ses détracteurs, "Matilda", dont la sortie est prévue le 26 octobre, donne une image "indécente" du dernier tsar russe, exécuté avec sa famille par les bolcheviks en 1918 et considéré comme martyr par l'Eglise orthodoxe.

"Pour assurer la sécurité de nos spectateurs, l'alliance Cinema Park et Formula Kino a décidé de renoncer à la distribution du film +Matilda+ en raison des menaces reçues ces derniers temps", a indiqué à l'AFP la porte-parole du réseau d'exploitation, Alexandre Artamonova.

Selon Roman Linine, le PDG du groupe, le refus de distribuer "Matilda" est "une mesure forcée".

"Le bruit provoqué par ce film a sans doute augmenté son potentiel commercial, mais la sécurité de nos spectateurs est prioritaire à nos yeux", a-t-il déclaré dans un communiqué transmis à l'AFP.

L'alliance Formula Kino - Cinema Park exploite 624 salles dans 28 villes de Russie, soit 15% du réseau russe de salles de cinémas.

Le réalisateur Alexeï Outchitel, dont le studio a été attaqué au cocktail-molotov la semaine dernière, a appelé les forces de l'ordre à "assurer la sécurité" des salles qui projetteront son film.

L'Eglise orthodoxe russe a dénoncé mardi sur son site toute "violence démonstrative", condamnant "des radicaux pseudoreligieux" tout en apportant son soutien à ceux "priant" pour que le film ne sorte pas.

Celui-ci a également provoqué la colère des dirigeants des républiques à majorité musulmane de Tchétchénie et du Daguestan, dans le Caucase russe, qui avaient demandé en vain au ministère de la Culture d'en interdire la diffusion sur leurs territoires au nom du respect de la foi, quelle que soit la religion concernée.

Avec AFP
Mardi 12 Septembre 2017 - 16:30





Nouveau commentaire :
Twitter