Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





La polyarthrite rhumatoïde touche 150 000 à 300 000 marocains


Jeudi 11 Octobre 2012 modifié le Jeudi 11 Octobre 2012 - 19:16




La polyarthrite rhumatoïde, une maladie dégénérative inflammatoire chronique, caractérisée par une atteinte articulaire évoluant par poussées vers la déformation et la destruction des articulations atteintes, toucherait entre 0.5 pc et 1 pc de la population, soit 150 000 à 300 000 personnes au Maroc, a déclaré, jeudi à Salé, Bahiri Rachid médecin en chef de l'Hô pital El Ayachi et SG de la société marocaine de rhumatologie

A l'occasion de la journée mondiale de l'Arthrite, célébrée le 12 octobre de chaque année, l'hô pital Al Ayachi de Salé a organisée une journée portes ouvertes pour sensibiliser et informer le public, notamment le public médical, sur la fréquence et la gravité des maladies rhumatismales qui restent un ensemble de maladies extrêmement fréquentes mais globalement sous-estimées et négligées que ce soit en terme de gravité ou en terme de couverture médicale. La fréquence de ces affections va en croissant avec des centaines de milliers de personnes qui sont touchées et s'est illustrée à travers l'exemple de la polyarthrite rhumatoïde. Cette maladie peut avoir des conséquences très graves en entrainant des dommages et des dégâts sur les articulations allant jusqu'à le handicap ce qui altère de façon considérable la qualité de vie des patients et diminue leur espérance de vie de 5 à 10 ans.

"L'intérêt de la sensibilisation est de mettre l'accent sur l'importance capitale que revêt le diagnostic précoce qui pourrait réduire la gravité de cette affection. Or, malheureusement, au Maroc la plupart des patients consultent les médecins-spécialistes à des stades tardifs", a déploré Dr. Bahiri, soulignant qu'il existe maintenant des "traitements biologiques" très efficaces mais extrêmement couteux (150.000dhs) et qui nécessitent une couverture médicale.

De son côté, Fadoua Allali, professeur en rhumatologie, a précisé qu' "on ne peut pas prévenir la maladie mais par contre on peut prévenir le handicap. Il existe deux traitement: un dit classique qui est administré en premier lieu et le second dit biologique administré au patient au cas où il ne répond pas au traitement classique", ajoutant qu'il est impératif qu'on Âœuvre ensemble pour que la couverture médicale soit élargie pour couvrir ces traitements biologiques.

Pour sa part, Laïla Najdi, présidente de l'association marocaine de polyarthrite rhumatoïde, a précisé que "le cas des personnes à mobilité réduite, devrait inciter à une mobilisation réelle pour améliorer la qualité de vie des poly arthritiques marocains. C'est ainsi que la première priorité de notre plan d'action, a-t-elle dit, est l'accessibilité aux soins et l'allégement de la lourdeur des démarches administratives notamment en ce qui concerne la présence exigée des malades pour le dépô ts des dossiers de remboursement des soins médicaux, et le retard ou le refus de traitement de ces dossiers par les organismes gestionnaires de l'AMO, la CNSS et la CNOPS".

La relative frilosité des organismes de remboursement vis-à-vis de cette maladie, fait que seule une minorité bénéficie d'un statut approprié pour une maladie chronique aussi lourde et juste quelques centaines ont accès aux nouvelles thérapeutiques qui en ont transformé le pronostic.




Jeudi 11 Octobre 2012 - 19:14

Atlasinfo avec MAP




Nouveau commentaire :
Twitter