Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





La mort du «Guide» libyen arrange tout le monde


Vendredi 21 Octobre 2011 modifié le Vendredi 21 Octobre 2011 - 22:26

Un long procès aurait pu raviver des tensions dans un pays divisé et exhumer les secrets d’une décennie de relations diplomatiques avec les pays occidentaux.




La mort du «Guide» libyen arrange tout le monde
La mort de Kadhafi a été célébrée par les Libyens. Mais elle pourrait être aussi une bonne nouvelle pour bon nombre de pays occidentaux.Tout d’abord, elle leur épargne la lourde tâche d’organiser un procès avec tous les risques de débordements et d’embrasement que cela comporterait pour la région. Un long procès à la Milosevic ou à la Saddam Hussein aurait en effet pu diviser à nouveau le pays. Le cas récent d’Hosni Moubarak en Egypte souligne les tensions que provoquent les audiences de dictateurs et le procès de Kadhafi aurait sans doute eu le même effet. «Kadhafi a toujours divisé pour mieux régner, explique Frédéric Encel*, spécialiste du Moyen Orient. Il avait exercé de nombreuses pressions sur ses voisins et consacré des millions de dollars aux Etats africains pour être proclamé roi des rois d’Afrique. Du point de vue de la stabilité de la région, sa mort et la chute définitive de son clan sont une bonne nouvelle».

Le décès du «Guide» va, en revanche, priver le nouveau pouvoir d’une occasion d’asseoir symboliquement sa légitimité en mettant en place une structure judiciaire démocratique. Le procès de Saddam Hussein, en Irak, avait joué ce rôle et avait même été reconnu, même si les conditions de son exécution étaient contestées.

Le dossier Libye est explosif

Le décès du «Guide» libyen à Syrte est aussi une bonne nouvelle pour de nombreux Etats occidentaux et leurs multinationales qui avaient renoué contacts diplomatiques et échanges commerciaux avec Kadhafi depuis une décennie et le retour du pays sur la scène internationale. Grâce à la lutte proclamée contre al-Qaida, la Libye kadhafiste est parvenue à sortir de son isolement au début des années 2000 et les multinationles occidentales y ont signé des dizaines de contrats. Ils étaient le plus souvent liés à la reconstruction du pays et de ses infrastructures pétrolières. Le groupe italien ENI, le français Total ou le britannique BP ont ainsi profité de la fin de l’isolement libyen sur la scène internationale. Et il est probable que l’imprévisible Kadhafi n’aurait pas hésité à se servir de son procès comme d’une tribune médiatique. Il aurait pu faire des révélations explosives sur les coulisses de certaines négociations.

La polémique sur la vente de matériel d’interception massive par Amesys, une filiale de Bull, pour surveiller l’internet de la population libyenne montre bien que le dossier Libye est explosif pour de nombreuses sociétés et de nombreux Etats. Reste que pour Frédéric Encel, «Kadhafi n’aurait pas déstabilisé les démocraties occidentales. Car il n’aurait sans doute pas été pris au sérieux avec son côté théâtral et ubuesque. Rappelons-nous le procès de Sadam Hussein : le dictateur a dit beaucoup de choses sur les commissions et rétro-commissions mais au final, tout le monde s’en fichait et les différents acteurs ont aussitôt repris la voie du pragmatisme, voire du cynisme».


Vendredi 21 Octobre 2011 - 22:21

Source Le Figaro




Nouveau commentaire :
Twitter