Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




La future mosquée géante d'Alger suscite la controverse


Samedi 7 Mai 2016 modifié le Dimanche 8 Mai 2016 - 01:13




Face à la baie, Alger construit l'une des plus grandes mosquées au monde, un projet controversé censé couronner le règne du président Bouteflika et servir de rempart contre l'extrémisme. Avec un minaret haut de 265 m, le plus élevé au monde, Djamaa El Djazair va taquiner le toit d'Alger, la colline de Bouzaréah qui culmine à 365 m.

Pourtant, la "mosquée Bouteflika" comme elle est surnommée ne suscite pas que des louanges. Son coût initial de 1,2 milliard d'euros est jugé "faramineux" en période de disette budgétaire et de raréfaction des devises. Un tel montant permettrait de construire de nombreux hôpitaux dans un pays en manque d'infrastructures de santé, jugent des internautes.

Ce prix risque encore d'augmenter si les délais ne sont pas respectés.

Lancé en mai 2012 en plein boom pétrolier et confié à une société chinoise, le chantier doit être livré début 2017, affirme le ministre de l'Habitat, Abdeladjid Tebboune, qui se rend sur les lieux une fois par semaine.

Cet objectif est "intenable" pour de nombreux experts interrogés par l'AFP. Car "le gros oeuvre est loin d'être terminé" et "les finitions prendront encore beaucoup de temps", estime un architecte, en citant les installations techniques, les revêtements des murs, les sculptures, les décorations et les calligraphies.

La mosquée sera en outre dotée de panneaux solaires et d'un système de récupération des eaux de pluie servant aux sanitaires et à l'arrosage des jardins.

Des experts s'inquiètent par ailleurs des risques liés à d'éventuels tremblements de terre dans une zone fortement exposée.

Le Pr Abdelakrim Chelghoum, expert en génie parasismique, a ainsi mis en garde les autorités sur le risque d'effondrement de l'édifice en cas de séisme majeur.

Il affirme que les études réalisées par un bureau d'études allemand sous-estiment la menace pour un ouvrage d'une telle importance, en particulier pour le minaret et la salle de prière de 150 mètres de côté sans poteaux intermédiaires.

Ces critiques sont balayées par les autorités. La mosquée "a été construite selon un système antisismique en mesure d'absorber de fortes secousses telluriques", assure M. Madani. "Il s'agit d'amortisseurs sismiques capables d'abaisser la magnitude d'un séisme de 9 à 3,5" sur l'échelle de Richter.



Samedi 7 Mai 2016 - 17:16

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter