Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








La direction d'Alstom confirme l'arrêt des activités de son site historique de Belfort


Mardi 13 Septembre 2016 modifié le Mardi 13 Septembre 2016 - 22:41




La direction d'Alstom confirme l'arrêt des activités de son site historique de Belfort
La direction du constructeur ferroviaire français "Alstom" a confirmé, mardi, l'arrêt prochain des activités de son site historique de Belfort (est), entrainant la suppression de quelque 400 emplois.

"Nous avons maintenu une production à Belfort aussi longtemps que nous l'avons pu et aussi longtemps que nous pouvions espérer que la perte d'activité ne soit que conjoncturelle", a précisé la direction de l'entreprise dans un courrier adressé aux cadres du groupe, notant qu'il est aujourd'hui impossible d'assurer un avenir pérenne pour les activités de ce site.

Alstom s'est toutefois engagé à "mettre tout en oeuvre pour qu'il n'y ait pas de départs contraints" d'ici à 2018.

Réagissant à cette décision, le président français François Hollande a affirmé que que "tout sera fait pour que le site de Belfort soit pérennisé" pour "plusieurs années", soulignant que le constructeur ferroviaire français doit "prendre conscience de ce qu'il représente".

"Je l'assure ici: tout sera fait pour que le site de Belfort puisse être pérennisé. Ça veut dire pour de nombreuses années", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse conjointe avec le président roumain Klaus Johannis.

La tension est montée le week-end dernier après l'annonce par Alstom de la fermeture de cette usine, dont l'Etat est actionnaire à hauteur de 20 %.

"La méthode employée par Alstom est inacceptable. Nous l'avons dit cette semaine aux dirigeants", a insisté le Premier ministre Manuel Valls, notant que le groupe peut être sauvé à condition que les dirigeants jouent pleinement leur rôle.

Pour sa part, l'ex-ministre de l'Economie Emmanuel Macron, qui était en charge du dossier, a souligné la manière "brutale et inattendue" de l'annonce de la fermeture du site, précisant toutefois que l'Etat, actionnaire minoritaire, ne peut empêcher la fermeture.
Mardi 13 Septembre 2016 - 13:20





Nouveau commentaire :
Twitter