Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




La cellule djihadiste démantelée en France n'a pas encore livré ses secrets


Par Atlasinfo





La cellule djihadiste démantelée en France n'a pas encore livré ses secrets
Les 12 gardes à vue dans l'enquête sur une cellule djihadiste, démantelée samedi en France après un attentat contre un magasin juif près de Paris, vont être prolongées à titre exceptionnel après la découverte d'éléments permettant la fabrication d'engins explosifs à Torcy (Seine-et-Marne).
Selon le procureur de la République de Paris François Molins, des "éléments utiles à la fabrication d'engins explosifs" ont été découverts lors de perquisitions opérées mardi et mercredi à Torcy, dans la banlieue est de Paris, dans un box utilisé par un des membres de la cellule.
"Nous sommes clairement et objectivement confrontés à une cellule terroriste d'une dangerosité extrême. Il convient dès lors que tout soit mis en œuvre, en employant l'ensemble des pouvoirs qui nous sont conférés par la Loi, pour que nous mettions un terme à ses agissements et prévenions tout risque de commission d'une attaque terroriste en France", a insisté mercredi M. Molins

Le code de procédure pénale prévoit la possibilité d'une prolongation exceptionnelle de la garde à vue jusqu'à 6 jours dans le cas d'"un risque sérieux de l'imminence d'une action terroriste" en France ou à l'étranger.
"Lorsqu'il existe un risque sérieux de l'imminence d'une action terroriste en France, les gardes à vue peuvent, après l'écoulement de 96 heures, être de nouveau prolongées pour une durée de 24 heures", a rappelé le magistrat, soulignant que "c'est la seconde fois que ces dispositions sont mises en œuvre en France depuis leur entrée en vigueur en 2006".
"Nous sommes clairement et objectivement confrontés à une cellule terroriste d'une extrême dangerosité", a souligné le procureur.

Le chef présumé du groupe Jérémie Louis-Sidney, un Français de 33 ans converti à l'islam, a été tué l'arme à la main alors qu'il avait entrepris de tirer au revolver Magnum 357 de calibre 9 mm sur les policiers venus l'interpeller dans son appartement à Strasbourg (est). Des traces ADN lui appartenant avaient été trouvées sur la cuillère de la grenade lancée dans le magasin.

Deux des douze personnes interpellées dans plusieurs villes de France avaient été arrêtées samedi dans le quartier du Mail à Torcy, un ensemble de petits immeubles de quatre étages bordés de verdure.

Trois autres, arrêtées à Cannes (sud-est), parmi lesquelles un Tunisien, ont été transférées à Paris mardi. Une source proche du dossier avait initialement affirmé que toutes les personnes interpellées étaient de nationalité française.

Entendus par la police antiterroriste, les suspects "ne se montrent pas coopératifs du tout", a indiqué une source proche du dossier.

"Au cours des trois semaines qui ont précédé les interpellations des membres de ce groupe, les surveillances physiques et téléphoniques ont montré qu'ils faisaient preuve, dans leur ensemble, d'une extrême mobilité, une extrême prudence et une extrême activité", a estimé une autre source proche du dossier.
La perquisition se poursuivait en fin de matinée de ce mercredi. Au moins une vingtaine de policiers, dont certains en civil encagoulés, étaient présents sur les lieux. Dans le quartier résidentiel du Mail, réputé tranquille, plusieurs véhicules de la gendarmerie se trouvaient sur place.

Le procureur de Paris a fait savoir que "deux des organisateurs des faits commis à Sarcelles semblent avoir été interpellés", mais il n'est pas établi "que les deux individus ayant perpétré l'attentat" aient été appréhendés.


Mercredi 10 Octobre 2012 - 12:33



Mercredi 10 Octobre 2012 modifié le Mercredi 10 Octobre 2012 - 12:54

Nouveau commentaire :
Twitter

France | Maghreb | Atlas Eco | Société | Sport | Culture & Médias | International | Religion | Environnement | Opinion | Décryptages | Informations légales | Sience & Santé | Lu dans la presse | Fil direct | Les indiscrets | Atlas des livres | Opinions | Entretiens