Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




La Vision du Roi marque son engagement en faveur du développement de la coopération Sud-Sud (Youssef Amrani)


Vendredi 22 Juillet 2016 modifié le Vendredi 22 Juillet 2016 - 16:38

La Vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour le co-développement, délibérée et déterminée, marque l'engagement ferme du Souverain en faveur de l’approfondissement et du développement de la coopération Sud-Sud et la volonté du Maroc de placer le Continent et son capital humain au cœur des grandes préoccupations géopolitiques mondiales, a affirmé, vendredi à Casablanca, M. Youssef Amrani, Chargé de mission au Cabinet royal.




Intervenant lors d'un panel sur ''Un sens nouveau à la coopération Sud/Sud'', organisé dans le cadre de la conférence internationale "La Vision du Roi Mohammed VI pour le co-développement", M. Amrani a fait constater que le Continent africain se trouve aujourd'hui dans une phase charnière de son histoire, qui nécessite la mise en place de stratégies concertées, d’instruments collectifs et de mécanismes novateurs, pour poursuivre son parcours résolument tourné vers le progrès, tout en comptant sur ses propres capacités.

D’où le grand intérêt qui a été donné par SM le Roi, depuis son accession au Trône, à la vision africaine du Royaume, centrée sur les notions de co-développement et de développement humain durable. En effet, depuis son intronisation, le Souverain a donné au partenariat avec l’Afrique une nouvelle dimension stratégique, basée sur un dialogue politique approfondi et une coopération multiforme consolidée autour de valeurs communes.

M. Amrani relève, à cet égard, que le Maroc, aujourd’hui, est entrain de promouvoir un co-développement qui s’affranchit des pratiques de conditionnalité, qui ont longtemps marqué les relations Nord-Sud, notant que la Vision de SM le Roi Mohammed VI, audacieuse et inédite pour l’Afrique, constitue une rupture historique et décisive avec les équations et les schémas classiques de coopération. Une rupture qui inaugure un partenariat axé sur un co-développement, dont la valeur ajoutée est basée sur la création de richesses communes.

Cette rupture s’est encore matérialisée, il y a quelques jours, par le message adressé par le Souverain aux Chefs d’Etats africains présents au 27ème Sommet de l’Union Africaine, tenu à Kigali, par lequel SM le Roi annonce le retour du Royaume au sein de sa famille institutionnelle, fait-il constater. Pour lui, les perspectives prometteuses et vertueuses des efforts consentis en faveur du Continent, hautement portées par le Souverain, se traduisent par une vision authentique qui s’articule autour du triptyque : promotion de la paix et de la sécurité, l’impératif de croissance partagée et le devoir de solidarité, l’objectif étant d’ancrer l’Afrique dans un cercle vertueux.

Abordant la promotion de la paix et de la sécurité, M. Amrani a indiqué que pour le Maroc, il ne saurait y avoir de développement sans sécurité humaine et inversement, il ne saurait y avoir de sécurité et paix durables sans développement. Le développement humain des peuples d’Afrique repose impérativement sur les principes essentiels que sont la consolidation de la paix, de la stabilité et de la sécurité régionales, le renforcement de la démocratie, la promotion de la démarche participative et l'application des règles de bonne gouvernance, le respect de la souveraineté des Etats, de leur intégrité territoriale et de leur cohésion sociale et, enfin, le règlement des différends par les voies pacifiques et consensuelles, fondées sur le respect des principes de bon voisinage et de fraternité, soutient-il.

Ainsi, la stabilité institutionnelle dont jouissent plusieurs partenaires africains, dont le Maroc, constitue à bien des égards, un réel atout et un élément fondamental de renforcement des dynamiques de co-développement pour le Continent. L’orateur fait constater à ce propos que l’engagement du Maroc dans de nombreuses opérations de maintien de la paix des Nations-Unies afin de conforter la stabilisation de pays africains frères (en Côte d’Ivoire, en République Démocratique du Congo, en République Centrafricaine…), ou encore dans des médiations (dans la région du Fleuve Mano, plus récemment en Libye et lors de la reconstruction post-conflit en Guinée, au Mali…), constituent autant d’actions visant la consolidation de la sécurité sur le Continent.

Aussi notre partenariat est-il appelé à s’insérer dans les différentes actions et stratégies adoptées au niveau sous-régional, régional et international, afin de contribuer à pacifier notre espace commun, dans le respect total de la souveraineté et de l’unité nationale et territoriale de nos pays respectifs, loin des vues étriquées et de court terme, suggère-t-il, notant toutefois que si les efforts en faveur de la stabilité et de la sécurité demeurent importants pour faire face aux menaces émergentes, il n’en demeure pas moins que l’impératif de croissance partagée est tout aussi fondamental.

Pour se faire, dit-il, il convient d’accélérer la restructuration de nos économies africaines et de développer des coopérations fructueuses et mutuellement bénéfiques. Notre coopération, qui tire sa force des liens historiques et de confiance, est aujourd'hui, de plus en plus basée sur l'efficacité, la performance et la crédibilité, estime le conférencier, soulignant que le Maroc, à l’initiative du Souverain est par sa dimension économique et technique, très présent sur l’échelle du Continent. Cette présence s’est confirmée au fil des années par le renforcement de la présence des entreprises marocaines, considérées désormais comme des acteurs crédibles et reconnus, au service de notre projet africain commun et de ses bénéficiaires.

En effet, «la nécessité d’une croissance partagée, conforme à la Vision africaine de SM le Roi Mohammed VI, découle de notre conviction qu'elle ne peut être effective que si elle est collective, d’autant plus que notre Continent dispose des ressources nécessaires pour réaliser son essor économique, répondre aux besoins de ses populations et réaliser leurs aspirations», retient M. Amrani pour qui l’Afrique doit désormais se prendre en main, citant le Souverain lors de Son Discours prononcé à Abidjan en 2014 : « L’Afrique doit faire confiance à l’Afrique».

Après avoir souligné, dans ce contexte, que l’Afrique doit poursuivre son processus de consolidation des réformes et de modernisation de son économie, pour une Afrique décomplexée, entreprenante, qui se renouvelle et qui s'adapte aux multiples effets induits par la mondialisation, M. Amrani relève que la Vision Royale pour le co-développement repose sur cette ferme conviction, qui se traduit notamment par un engagement actif dans les efforts de lutte contre la pauvreté, les inégalités et l’exclusion sociale.

El d’ajouter qu’outre un levier économique de croissance, l’épanouissement et la dignité de chaque citoyen, demeure l’élément central de la Vision Royale du renforcement des dynamiques de co-développement. Il s’agit du leitmotiv de chaque action royale, dit-t-il, soutenant que les expériences multidimensionnelles et multisectorielles du Royaume en matière de développement humain ont permis d’asseoir les bases d’une dynamique de partenariat Maroc-Afrique, agissante sur le terrain et ancrée autour de projets concrets. Ainsi, la formation des hommes et des femmes, aussi bien au niveau universitaire que technique et professionnel a constitué, l’un des volets d’activités aux résultats les plus tangibles. En effet, le Maroc accueille plus de 8000 étudiants dans ses établissements supérieurs, dont 6500 boursiers, issus de 42 pays africains frères.

La solidarité du Maroc s’est également manifestée à travers des formes de coopération qui reposent sur des acquis profonds notamment, les liens civilisationnels et spirituels séculaires, retient M. Amrani. D’où, l’importance particulière accordée par le Maroc, à travers la Fondation Mohammed VI pour la formation des Imams africains, à la qualification des morchidines et morchidates, à travers des programmes de formations religieuses visant à inculquer les valeurs de l’Islam du juste milieu, en vue de prémunir notre Continent et plus particulièrement notre jeunesse contre les velléités de l’extrémisme et le repli sur soi.

Et de faire constater que la Vision Royale est également fortement centrée sur le co-développement durable à dimension écologique et environnementale. Ainsi, le Maroc, conscient des effets des changements climatiques et de leur impact dévastateur sur l’environnement, le développement et sur les conditions sociales des populations, a très tôt accordé une importance particulière aux facteurs écologiques (énergies renouvelables, respect de l’environnement…), ainsi qu’à l'examen des questions liées à la sécurité alimentaire, indique-t-il estimant qu’il est en effet important de veiller à ce que des projets appropriés et des fonds verts soient mis en place pour aider les pays africains dans leur productivité agricole et adapter leurs économies aux défis climatiques.

Pour l’orateur, les notions de développement et de sécurité étant indivisibles, la conviction du Maroc est que les menaces multiples et multiformes auxquelles fait face notre Continent, ne peuvent être appréhendées par un Etat à lui seul ou une région à elle seule. La lutte contre les menaces qui s’enracinent dans la région ne peut produire ses effets, qu’en s’inscrivant dans le cadre d’actions collectives et inclusives, impliquant le renforcement des mécanismes transrégionaux de coopération existants avec les différents groupements régionaux, à l’image du partenariat stratégique qui lie le Maroc au Conseil de Coopération des Etats du Golfe Arabe (CCG).

Outre la promotion de l’intégration sous régionale sur notre Continent, M. Amrani fait constater que le Maroc poursuit en parallèle la diversification de ses partenariats internationaux, en l’occurrence avec l’Union Européenne et ses membres. «Il faut désormais redonner au voisinage méditerranéen sa place centrale dans les rapports Nord-Sud, mais pour cela, je pense qu’il faut réfléchir à l’impératif du recentrage des stratégies de développement sur les pays du Sud, plus particulièrement, dans le cadre d’une nouvelle approche incluant les espaces : Europe-Méditerranée-Afrique», a-t-il indiqué.

Il a saisi cette occasion pour lancer un appel aux partenaires européens pour revoir leur stratégie envers l'Afrique et investir davantage dans le développement du Continent. «Nous avons besoin d’un partenariat renforcé et plus équilibré avec l’U.E, tant au niveau politique, qu’économique, comprenant des outils novateurs et des approches plus ambitieuses pour la promotion de la paix et de la sécurité sur le Continent», dit-il. Et M. Amrani de souligner que le Maroc est confiant en l’avenir de son Continent et convaincu de son émergence. «Le Maroc a volontairement choisi de miser sur cette Afrique en pleine dynamique», retient-il, notant que «grâce à son ancrage, ses valeurs d’ouverture, de tolérance et de dialogue, notre pays peut aujourd’hui constituer ce trait d’union entre l’Europe, la Méditerranée et l’Afrique, voire au-delà». Un choix d’ouverture, totalement assumé, tout en restant attaché à notre propre cohérence identitaire, culturelle et spirituelle, fait-il remarquer.

La conférence internationale sur le thème "La Vision du Roi Mohammed VI pour le co-développement", organisée par le Groupe le Matin à l’occasion de la fête du Trône, a été ouverte, vendredi à Casablanca, en présence d’éminentes personnalités nationales et internationales, dont des ministres.


(Avec MAP)
Vendredi 22 Juillet 2016 - 16:08





Nouveau commentaire :
Twitter