Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




La Mecque des pèlerins dénoncent l'Etat islamique mais se méfient des intentions américaines


Mardi 30 Septembre 2014 modifié le Mardi 30 Septembre 2014 - 19:45

Des musulmans, venus du monde entier pour le pèlerinage à La Mecque, dénoncent les atrocités commises en Irak et en Syrie par les jihadistes du groupe Etat islamique, tout en se montrant méfiants à l'égard de la campagne militaire dirigée par Washington.




La Mecque des pèlerins dénoncent l'Etat islamique mais se méfient des intentions américaines
"L'islam n'a rien à voir avec les actions de l'Etat islamique", affirme Alan Abdallah, un pèlerin kurde irakien, en qualifiant ce groupe extrémiste de "virus qui menace le monde entier".

Le groupe Etat islamique (EI), qui contrôle de vastes territoires à cheval entre la Syrie et l'Irak, est accusé d'avoir commis des massacres et des exactions contre des soldats et des civils. Il a, en outre, revendiqué la décapitation de deux journalistes américains et d'un travailleur humanitaire britannique.

Des centaines de milliers de pèlerins continuaient mardi de se rassembler à La Mecque pour le hajj, pèlerinage annuel . L'Arabie saoudite fait partie de la coalition internationale initiée par les Etats-Unis qui mène des frappes aériennes depuis la semaine dernière contre l'EI en Syrie. Des combattants kurdes sont aussi mobilisés contre les jihadistes.

"L'EI commet des actes terroristes en égorgeant des gens et en créant le désordre", dit un autre pèlerin kurde à La Mecque, Shawkat Ahmed Qader. "L'islam est loin de leurs actes et de leurs croyances", ajoute ce quinquagénaire en se lamentant de la situation au Kurdistan.

"Nous avons d'un côté (les jihadistes) de l'EI, de l'autre des avions américains qui les bombardent. Nous aspirons à la sécurité".

De son côté, un pèlerin syrien de la région d'Alep, arrivé à La Mecque via la Turquie où il s'est réfugié il y a plusieurs mois, se montre critique à l'égard de la coalition et des Etats-Unis qui ont tardé à intervenir, plus de trois ans après le début de la guerre en Syrie.

"Nous espérions qu'une telle coalition mette fin à l'oppression contre le peuple syrien et ne frappe pas seulement l'EI et d'autres groupes", dit Mohammed, visiblement nerveux, qui préfère ne donner que son prénom.

La semaine dernière, l'émir du Qatar, dont le pays fait partie de la coalition, a indiqué que l'objectif immédiat de la coalition était de mettre en déroute les mouvements extrémistes mais qu'à long terme, il fallait "punir" le régime impopulaire de Bachar al-Assad.

- L'islam, pas de "fanatisme" -

A La Mecque, une Française du nom de Petra, qui se fait appeler Nour depuis sa conversion à la religion musulmane, explique que l'islam auquel elle croit n'est "pas un islam de fanatisme".

Lorsqu'on lui demande ce qu'elle pense des bombardements de la coalition, cette femme, la quarantaine bien passée, vêtue d'une abaya noire et les cheveux blonds recouverts d'un voile blanc, n'est pas tendre à l'égard des alliés.

"C'est inadmissible", dit-elle. "On essaie de nous faire croire des choses qui ne correspondent pas forcément à la réalité", ajoute-t-elle en rappelant l'exemple de "l'Irak" en 2003 lorsque les Etats-Unis avaient fait état de la présence d'armes de destruction massive pour justifier leur intervention.

Selon elle, "il y a actuellement une volonté de faire en sorte que les gens aient peur de l'islam". Elle avoue cacher sa religion dans ses activités professionnelles. "C'est impossible. Si je porte le voile, je ne peux pas travailler".

Et de conclure: "L'islam tel qu'il était vécu à l'époque du prophète n'a rien à voir avec ce qu'on nous fait croire aujourd'hui. C'est vraiment un islam de l'amour, c'est un compagnonnage, c'est ça le vrai islam, c'est ça qu'il faut chercher". Sa remarque suscite des hochements de têtes et des sourires parmi d'autres pèlerins français.

Mardi 30 Septembre 2014 - 13:19

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter