Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





La France fustige la proposition de Trump de barrer l'entrée des musulmans aux Etats-Unis


Mardi 8 Décembre 2015 modifié le Mercredi 9 Décembre 2015 - 09:42

La France s'est indignée mardi de la proposition de barrer l'entrée des musulmans aux Etat-Unis formulée par le milliardaire américain Donald Trump, favori de la primaire des Républicains pour la course à la Maison Blanche, le Premier ministre Manuel Valls jugeant que cette idée "entretient la haine".




La France fustige la proposition de Trump de barrer l'entrée des musulmans aux Etats-Unis
"Monsieur Trump, comme d'autres, entretient la haine et les amalgames: notre SEUL ennemi, c'est l'islamisme radical", a déclaré le Premier ministre socialiste sur son compte Twitter.

L'incursion de Manuel Valls dans le débat politique d'un pays étranger, particulièrement rare, intervient alors que le parti d'extrême droite français Front national pourrait emporter sa ou ses premières régions dimanche prochain lors du second tour des élections régionales.

Le Front national, parti europhobe et anti-immigrés, a atteint un score record au premier tour de ce scrutin dimanche dernier, première élection dans le pays depuis les attentats jihadistes sanglants du 13 novembre.

Donald Trump, en tête des sondages des primaires républicaines pour la Maison Blanche en 2016, a appelé lundi à barrer l'entrée des musulmans aux Etats-Unis, proposition applaudie par ses partisans mais dénoncée à droite comme à gauche de l'échiquier politique américain.

"J'ai des amis musulmans, ce sont des gens très bien, mais ils savent qu'il y a un problème, et on ne peut plus le tolérer", a expliqué Donald Trump, ovationné en meeting en Caroline du Sud, quelques heures après avoir annoncé dans un communiqué qu'il souhaitait fermer les frontières des Etats-Unis aux musulmans "jusqu'à ce que nous soyons capables de déterminer et de comprendre ce problème".
Mardi 8 Décembre 2015 - 12:40

Source AFP




Nouveau commentaire :
Twitter