Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 







La Constitution de 2011 a érigé la démocratie participative comme fondement de l'Etat de droit au Maroc (Chakib Benmoussa)


Mercredi 15 Mars 2017 modifié le Vendredi 17 Mars 2017 - 19:35

La Constitution de juillet 2011 a érigé la démocratie participative comme fondement de l’Etat de droit au Maroc, a souligné l'ambassadeur du Maroc en France Chakib Benmoussa, notant que les ONG sont considérées comme partenaires centraux dans les processus de production des politiques publiques.




La Constitution de 2011 a érigé la démocratie participative comme fondement de l'Etat de droit au Maroc (Chakib Benmoussa)
Intervenant à l’ouverture de la cinquième session de simulation multilingue organisée mercredi à la mairie de Paris sous le thème "Parlement des futurs citoyens", M. Benmoussa a expliqué devant un parterre de professeurs et de plus de 200 élèves venus des quatre coins du monde, dont des Marocains, que d’autres dispositions de la Constitution instituent de nouveaux mécanismes.

Il a cité, à titre d'exemple, l’initiative législative populaire permettant aux citoyens de déposer, auprès du législateur, des motions proposant des lois, le droit de pétition que les citoyens peuvent exercer à l’échelle nationale et régionale en direction des pouvoirs publics, les instances de concertations que les pouvoirs publics sont tenus de créer pour favoriser la participation des citoyens à l’élaboration, à la mise en œuvre et à l’évaluation des politiques publiques et le Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action associative

Abordant le volet éducatif, que indiqué que la réforme de l’école au Maroc a pour finalité d’asseoir une école nouvelle portée par trois grands fondements : l’équité et l’égalité des chances, la qualité pour tous et la promotion de l’individu et la société, faisant remarquer que cette réforme cherche à créer des conditions favorables pour que l’école puisse remplir les missions de socialisation, d’éducation aux valeurs, d’enseignement et d’apprentissage, de recherche et d’innovation, de qualification à l’intégration socioculturelle et à l’insertion économique, avec les exigences du développement durable du pays.

Le diplomate marocain a, par ailleurs, mis l'accent sur l'importance de faire vivre la diversité culturelle, notant que l’identité nationale du Royaume, résultante de la convergence de ses composantes arabo islamiques, amazigh et saharo–hassanie, s’est nourrie et enrichie de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen.

"Cette reconnaissance de la pluralité culturelle signifie la promotion de ces cultures qui doivent s’épanouir harmonieusement et va de pair avec l’attachement du peuple marocain aux valeurs d’ouverture, de modération, de respect et de dialogue entre les cultures et les religions qui cohabitent en paix dans le Royaume", a fait valoir M. Benmoussa.

Sur un autre registre, il a mis en avant le rôle de la société civile marocaine dans la lutte contre les changements climatiques, signalant que la lutte contre le réchauffement climatique est un thème porté et défendu par les jeunes comme en témoigne le congrès du "Pacte Mondial des Lycéens pour le climat".

Et de souligner que si la déclinaison de la citoyenneté peut varier selon les pays, il n’en reste pas moins que les enjeux actuels de la globalisation et des grands défis du monde aboutissent à de même préoccupations et inflexions que tous les citoyens du monde partagent pour plus de démocratie et de justice et pour un développement plus inclusif.

Il s'est également dit convaincu que cette session, étalée sur deux jours, permettra un réel dialogue et apprentissage interculturel, des débats ouverts et l’expérience de la démocratie pour bâtir un monde meilleur, saluant les étudiants, lycéens et collégiens venus de France, d’Espagne, de Roumanie, de Turquie, d’Italie, du Maroc et du Canada, pour leur esprit d’ouverture et d’initiative qui prélude à une future responsabilisation citoyenne.

Cette session a pour objectifs d'impliquer l’engagement des futurs citoyens pour un développement économique, social et environnemental pensé dans le respect de l’environnement et dans la nécessité de dialoguer, entre le sens accordé à la vie humaine et le degré de liberté accordé aux différents acteurs.

Mercredi 15 Mars 2017 - 21:26





Nouveau commentaire :
Twitter