Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





L'invitation du Maroc à adhérer au CCG, un "signal fort" envers le Royaume (Fassi Fihri)


Jeudi 12 Mai 2011 modifié le Jeudi 12 Mai 2011 - 23:42




Le ministre des affaires étrangères et de la coopération, M. Taib Fassi Fihri.
Le ministre des affaires étrangères et de la coopération, M. Taib Fassi Fihri.
L'invitation adressée par le Conseil de Coopération du Golfe (CCG) au Maroc aux fins de son adhésion à ladite Organisation, est un "signal fort" ayant "une signification profonde" qui reflète le rang privilégié du Royaume au niveau international, a affirmé jeudi le ministre des affaires étrangères et de la coopération, M. Taib Fassi Fihri.

Intervenant devant la Commission des Affaires Etrangères, de la Défense Nationale, des affaires islamiques à la Chambre des Représentants, M. Fassi Fihri a souligné que cette invitation émanant d'une Organisation "influente et prometteuse", confirme l'intérêt particulier consistant à saisir les opportunités et potentialités à même d'instaurer un partenariat privilégié entre le Maroc et le CCG.

Le Maroc a exprimé "sa pleine et entière disponibilité à mener des consultations approfondies avec le CCG en vue de définir le cadre d'une coopération optimale avec cette importante région du monde arabo-musulman", a-t-il dit.

Rappelant l'accueil favorable réservé par le Maroc à cette invitation, le ministre a indiqué que le communiqué officiel publié à cet effet par le ministère des affaires étrangères et de la coopération, a souligné l'importance et la particularité "des relations fraternelles" liant le Royaume aux pays du Golfe Arabe, "se félicitant de la concertation profonde et de la solidarité agissante entretenues avec ces pays".

Le communiqué a, également, réitéré l'attachement naturel et irréversible du Maroc au projet maghrébin et à la construction de l'Union du Maghreb Arabe, choix stratégique fondamental de la nation marocaine, a relevé, M. Fassi Fihri.

Le CCG, réuni le 10 mai à Ryad, en Sommet des Chefs d'Etats, avait adressé une invitation au Maroc aux fins de son adhésion à ce groupement régional.

Le Conseil supérieur, plus haute instance décisionnelle du CCG, a mandaté le Conseil des ministres des affaires étrangères de l'Organisation pour ouvrir des consultations avec le Royaume sur le sujet, rappelle-t-on.




Jeudi 12 Mai 2011 - 22:26






1.Posté par NAJI DIOURI le 12/05/2011 23:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Notre souverain est le seul dirigeant arabe qui est resté distant, il s’est fait représenter à chaque événement arabe, nord-sud ou sud-sud, il s’est intéressé d’abord à restaurer l’intérieur et à réconcilier les marocains avec le makhzen, mais les vents soufflent aux détriments des souhaits des voiliers et l’extérieur ne le laisse pas tranquille. La mondialisation trouve dans son pays par les réformes adoptées, le terrain fertile ou ses adhérant peuvent s’épanouir par les infrastructures techniques ou routières que le Maroc a construit en plus des off shore industriels ou financiers
Le Maroc arrive à se sauver des crises financières et économiques qui ont touché le monde
Il a fait le sage pour échapper aux mouvements populaires et il se prépare à mettre sur pieds une nouvelle constitution et l’adopter aux objectifs des jeunes
Tout cela fait de lui l’étoile filante que tout le monde observe pour exhausser ses rêves
L’Europe lui accorde le statut avancé, les américains lui accordent un régime douanier préférentiel et l’appuie dans son affaire du Sahara, maintenant le conseil de coopération des pays du golf lui fait le clin d’œil et l’invite à devenir membre entier malgré les 3500 kms de distance
Dans quel but cette invitation du CCG, peut être pour une sauvegarde des monarchies arabes ou alors l’UMA n’a jamais vu le jour en application effective ou encore la ligue arabe perd de ses racines et ne fait plus d’effets ou pour freiner toutes tendances de rapprochement avec l’état d’Israël avant la reconnaissance réciproque d’un état palestinien
Reste le cas religieux qui date depuis la mort de sidna ALI radia allho aanhou, ou le conflit entre sunnites et chiite ne s’est jamais terminé, au contraire il se développe d’avantage depuis l’arrivée au pouvoir des mollahs iraniens et le Maroc est connu à travers l’histoire qu’il est le défendeur fervent des sunnites sous le rite malikite


Nouveau commentaire :
Twitter