Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




L'encadrement de la chose religieuse par l’Etat immunise la société contre la pensée extrémiste (Ahmed Taoufiq)


Mercredi 6 Avril 2016 modifié le Jeudi 7 Avril 2016 - 11:14

L’accomplissement par l’Etat de sa pleine responsabilité dans l’encadrement de la chose religieuse, dans ses différentes dimensions, immunise la société contre la pensée extrémiste génératrice du terrorisme, a indiqué, mercredi à Rabat, le ministre marocain des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Taoufiq.




L'encadrement de la chose religieuse par l’Etat immunise la société contre la pensée extrémiste (Ahmed Taoufiq)
Intervenant à l'ouverture d'une rencontre tenue sous le thème "Production d'un discours différent pour faire face aux idéologies extrémistes", organisée par l'Institut Mohammed VI de formation des imams, morchidines et morchidates et l'Université euro-méditerranéenne en Slovénie, M. Taoufiq a ajouté qu'outre le rôle central de formation des imams à la diffusion d'un discours religieux modéré conformément aux constantes du Royaume, l'Etat se doit de répondre aux besoins du champs religieux dans ses différentes dimensions, dont la dimension scientifique à travers une instance d'oulémas seule habilitée à émettre des fatwas, la dimension logistique à travers entre autres la construction des mosquées et l'encadrement des pèlerins, la dimension soufie et la dimension politique qui consiste en la légitimité, la réforme et la justice.

Et d'ajouter que la pensée extrémiste exploite les lacunes qui peuvent se manifester dans ce système pour imposer ses lois et influencer certains éléments de la société, faisant observer que le rôle de la religion consiste plutôt en la promotion des valeurs de modération afin d'immuniser la société du "virus de l'extrémisme", et que l'Islam appelle à une approche pacifiste et au dialogue dans le règlement des conflits et réprouve la violence et le terrorisme.

De son côté, le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de Slovénie, Karl Erjavec, actuellement en visite au Royaume, a réaffirmé l'engagement de son pays à lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes dans le cadre de la coopération internationale, soulignant que les mesures classiques de sécurité sont insuffisantes et qu'il faudrait faire face aux causes profondes pour se prémunir contre la prolifération de l'extrémisme religieux et la violence parmi les jeunes des deux rives de la Méditerranée par le biais d'un enseignement de qualité, des opportunités d'emploi et la contribution active à la vie politique.

Selon le ministre slovène, la prévention contre l'extrémisme passe également par le dialogue entre les civilisations et l'entente entre les religions afin de faire face à la montée de la pensée extrémiste.

L'Université euro-méditerranéenne de Slovénie a joué un rôle important à cet égard en contribuant à la mise en place de contacts et de liens culturels et éducatifs entre les deux rives de la Méditerranée et en créant un centre d'études arabo-islamiques pour véhiculer la véritable image de l'Islam modéré en Europe, a-t-il ajouté.

Pour sa part, le directeur de l'Institut Mohammed VI de formation des imams, morchidines et morchidates, Abdeslam Lazaar, a fait savoir que l'Institut, qui forme des étudiants marocains, africains et français, offre aux imams une formation basée sur la connaissance des sciences humaines et religieuses, l'acquisition d'expériences et de compétences pour la diffusion du modèle d'une pratique religieuse tolérante et ouverte faisant des imams des éléments positifs pour la prolifération de la culture de la paix et de la stabilité au sein de leurs pays et faire face à la pensée extrémiste et au terrorisme.

Ont pris part à cette rencontre, organisée à l'initiative du ministère des Affaires étrangères et de la coopération, plusieurs ambassadeurs et étudiants étrangers à l'Institut Mohammed VI de formation des imams, morchidines et morchidates.

L'Université euro-méditerranéenne ayant son siège en Slovénie, a été fondée le 9 juin 2008 avec pour mission de contribuer à la coordination des programmes d'enseignement supérieur et à la recherche scientifique et au rapprochement entre les pays euro-méditerranéens.
Mercredi 6 Avril 2016 - 21:37





Nouveau commentaire :
Twitter