Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




L'ambassadeur de France à Tunis promet d'être "poli"


Lundi 21 Février 2011 modifié le Jeudi 24 Février 2011 - 00:58




L'ambassadeur de France à Tunis promet d'être "poli"
Il ne manquait plus au nouvel ambassadeur de France à Tunis, Boris Boillon, que l'estocade de Marine Le Pen. "Les Sarko-boys, ça suffit !", a lancé la présidente du Front national, dimanche 20 février, lors de l'émission "Dimanche soir politique", en brandissant la photo du diplomate de 41 ans, torse nu et bodybuildé, visible sur Internet, qui a beaucoup choqué les Tunisiens.

Nommé le 9 février, M. Boillon a réussi en peu de temps à faire l'unanimité contre lui. Le 17, recevant pour la première fois la presse tunisienne, l'ambassadeur a répondu de façon cavalière à une journaliste qui l'interrogeait sur les déboires de la ministre des affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie. "N'essayez pas de me faire tomber sur des trucs débiles, franchement, vous croyez que j'ai ce niveau-là ?", a-t-il lancé, avant de se lever et de quitter la table. Un peu plus tard, répondant en arabe à une interview, il a mis fin avec brusquerie à l'entretien.

La réaction des Tunisiens n'a pas tardé. Ils étaient plusieurs centaines, samedi 19 février à Tunis, devant l'ambassade de France, à brandir des pancartes : "Casse-toi, Boillon !", en allusion au "Casse-toi, pauv'con !" présidentiel, "Dégage !", invite adressée par le peuple aux dictateurs du monde arabe, ou encore "Colis de merde à renvoyer à l'expéditeur, 37, quai d'Orsay, Paris". Du jamais-vu.

Ce ne sont pas ses excuses, débitées en arabe à la télévision tunisienne, samedi soir, les yeux rivés à un papier, qui ont arrangé la situation. "Je dois dorénavant parler de manière plus polie", a déclaré l'ambassadeur. Au-delà de ces questions de forme, la nomination de l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy (il avait joué un rôle-clé dans la libération des infirmières bulgares en Libye) a suscité la colère des Tunisiens.

Ceux-ci n'hésitent pas à aborder les Français dans la rue pour se plaindre : "Il n'a même pas été agréé (par la Tunisie), mais imposé. Nous ne sommes pas du tout d'accord avec sa position sur la guerre d'Irak. Pour qui nous prenez-vous ?", demande Mohammed, un étudiant de 23 ans. M. Boillon, auparavant en poste à Bagdad, avait comparé les Tunisiens aux Irakiens qui avaient déchu Saddam Hussein. "Le parallèle énerve à l'extrême les Tunisiens, confirme Ridha Raddaoui, un avocat des droits de l'homme. M. Boillon oublie que c'était une agression, une occupation américaine."

L'un de ses confrères, Adel Sghaiel, juge pitoyables les excuses télévisées : "Il était comme un petit garçon. Il ne sera plus respecté par personne." Un groupe Facebook "Boris Boillon dégage", créé il y a trois jours, a déjà recueilli plus de 10 000 amis.

Lundi 21 Février 2011 - 15:48

(Source Le Monde)





1.Posté par ariane le 21/02/2011 16:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
j'espère que le nouveau gouvernement tunisien va le renvoyer.

habituellement, la france demande l'avis du gouvernement étranger...

2.Posté par Azais de Chambonas le 21/02/2011 16:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ancien Ambassadeur, je suis consterné par la déplorable gestion de notre diplomatie et de certains de ses acteurs.Mais,probablement,il ne convient pas de s'étonner...

3.Posté par HORCHANI Salah le 21/02/2011 20:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lettre ouverte à Monsieur Boris Boillon, Ambassadeur de France en Tunisie

http://www.legrandsoir.info/Lettre-ouverte-a-Monsieur-Boris-Boillon-Ambassadeur-de-France-en-Tunisie.html

HORCHANI Salah

Nouveau commentaire :
Twitter