Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr




L'affaire Fillon inquiète l'Allemagne


Mercredi 8 Mars 2017 modifié le Mercredi 8 Mars 2017 - 14:30

L'obstination de François Fillon suscite stupéfaction et consternation outre-Rhin, où plus personne n'écarte l'hypothèse d'une victoire de Marine Le Pen.




L'affaire Fillon inquiète l'Allemagne
Les Allemands n'en croient pas leurs yeux. Dans ce pays vertueux où l'on ne badine pas avec la morale en politique, François Fillon aurait dû démissionner depuis longtemps. Il est vrai que, face aux soupçons qui pèsent sur le candidat de la droite à l'élection présidentielle, les accusations qui ont valu à certains hommes politiques allemands de quitter leur poste ne sont que des broutilles vues de France.

La presse unanime

On citera l'ancien président Christian Wulff contraint de quitter le château de Bellevue pour avoir accepté l'invitation d'un ami de longue date à la Fête de la bière de Munich. Coût total de la facture pour la chambre d'hôtel, la baby-sitter et les chopes de bière : 745 euros. En retour, Christian Wulff était soupçonné d'avoir fait usage de ses bons contacts auprès du groupe Siemens pour donner un coup de pouce à un producteur de cinéma à la recherche d'un financement pour un film. L'ancien président a depuis été réhabilité, mais l'affaire hanta pendant des mois l'Allemagne si probe. Et ruina la carrière de Christian Wulff. Les sommes évoquées dans l'affaire Fillon sont donc hallucinantes pour les Allemands.

Alors, quand le candidat Fillon s'obstine des semaines durant sans que le Penelopegate dégonfle, quand il s'attaque à la presse et aux juges, ces deux socles de la démocratie qu'il accuse de vouloir lui donner le coup de grâce, les Allemands sont scandalisés. Si les dirigeants allemands, Angela Merkel en tête, se gardent bien de commenter les péripéties à rebondissement outre-Rhin, la presse ne prend pas de gants pour condamner à l'unisson l'attitude de François Fillon, un candidat pris la main dans le sac et qui s'accroche à sa candidature comme un forcené.

« Le grand bourgeois Fillon est sur la même ligne que The Donald »

Sous le titre Moi, la victime, Julia Amalia Heyer, l'une des correspondantes à Paris de l'hebdomadaire Der Spiegel, lance dans le dernier numéro une attaque violente contre François Fillon qui semble, selon elle, avoir totalement perdu le sens de la réalité. « L'image qu'il donne de lui-même ressemble à l'hallucination d'un homme en plein délire. Fillon est la victime et la France, un État de non-droit qui lui fait du mal », écrit-elle. Pour la journaliste, le ton employé par François Fillon ressemble étrangement à celui des dirigeants du Front national. « Ma vérité, c'est la vérité, dit François Fillon. Au plus tard, à ce moment-là, on commence vraiment à avoir la chair de poule. » Julia Amalia Heyer n'hésite pas à comparer Fillon à Donald Trump.

Malgré ses mocassins, sa veste Barbour et son allure soignée, il ne réussit plus, selon elle, à tromper son monde : « Il n'est pas bien loin de la rhétorique du président américain. Fillon imite Trump. Les phrases qu'il prononce empoisonnent la démocratie ; son attitude peut causer à celle-ci des dommages irréparables. Le grand bourgeois Fillon est sur la même ligne que The Donald ; il est certainement plus élégant, mais tout aussi obscène. » Et plus loin : « Personne en ce moment n'incarne davantage que François Fillon tout ce qui exaspère les Français. Et l'arrogance avec laquelle il se dépeint comme une victime est inégalée, même dans un pays comme la France et même si ce type d'homme politique convaincu que les poursuites judiciaires ne s'appliquent qu'au peuple a une longue tradition dans ce pays – de François Mitterrand à Nicolas Sarkozy, en passant par Jacques Chirac. »

Fillon attaque les « fondements de la démocratie »

Dans un éditorial au vitriol, Stefan Ulrich, correspondant à Paris de la Süddeutsche Zeitung, le grand journal de centre gauche, s'en prend aux prérogatives du président français, ce quasi-monarque de la Ve République : « Si Recep Tayyip Erdogan était français, il n'aurait pas besoin d'une réforme constitutionnelle. Car, en France, le président a déjà presque tous les pouvoirs. L'État, c'est moi, disait Louis XIV. Et ce même esprit continue d'animer, légèrement masqué, les présidents de la République. »

« Les Français, souligne Stefan Ulrich, veulent un président fort. Et c'est pourquoi le faible François Hollande n'ose pas se représenter. Mais ils veulent aussi à l'Élysée un homme qui observe les règles qui s'appliquent au commun des mortels. Et là, ils se différencient de la majorité des Russes, des Turcs et des électeurs américains de Donald Trump, qui courent après des maîtres sans foi ni loi. La France est donc, en dépit de ses problèmes économiques, de la lassitude des électeurs et de leurs angoisses pour l'avenir, une République mature. C'est cela qui permet d'espérer que lors des deux tours du scrutin, les Français prendront une bonne décision. »

L'hypothèse Le Pen

Axel Veiel, le correspondant de la Frankfurter Rundschau, accuse lui aussi François Fillon de s'en prendre « aux fondements de la démocratie. » « Une tendance à la mode qui était déjà pratiquée en Pologne, en Hongrie et aux États-Unis. Et voilà maintenant la France. » Axel Veiel souligne lui aussi l'analogie entre les discours de François Fillon et ceux de Marine Le Pen : « Quand il accuse les élites, soutenues par la justice et les médias, de comploter contre le peuple, il ne fait que répéter ce que Le Pen dit depuis toujours. » Ce qui pourrait mener au scénario catastrophe suivant si le Front républicain ne tient pas au second tour : « En conduisant la France hors de l'Union européenne, en abolissant l'euro, Marine Le Pen ne précipiterait pas seulement les Français dans le gouffre. Elle marquerait la fin de l'union des pays européens. Et l'Allemagne perdrait son partenaire principal. »

Médusés par le culot de la classe politique française, François Fillon en tête, les Allemands sont inquiets pour l'avenir de la France. Les Français qui ne font plus confiance à ceux qui les gouvernent vont-ils se jeter dans les bras de Marine Le Pen ? Après la surprise du Brexit et celle de la victoire de Donald Trump, plus personne à Berlin n'ose écarter complètement l'hypothèse d'une victoire du FN le 7 mai et ses conséquences désastreuses pour l'Europe et l'Allemagne.

Par PASCALE HUGUES
Le Point
Mercredi 8 Mars 2017 - 08:35





Nouveau commentaire :
Twitter