Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




L'Allemagne suspend Schengen mais les réfugiés arrivent toujours


Lundi 14 Septembre 2015 modifié le Lundi 14 Septembre 2015 - 10:24

L'Allemagne a justifié lundi sa décision de provisoirement suspendre la libre-circulation en Europe par "l'inaction" de l'UE face à l'afflux continu de dizaines de milliers de réfugiés, avant une réunion à Bruxelles consacrée à la répartition des migrants.




Dès l'aube à Freilassing, bourgade bavaroise à la frontière autrichienne, des bouchons monstres se sont formés en raison de la réintroduction dimanche soir des contrôles frontaliers. Objectif de Berlin: tenter de juguler l'arrivée en masse de migrants en Allemagne, destination finale de nombre d'entre eux, notamment les Syriens fuyant la guerre.

Munich (sud) est ainsi proche de la saturation, avec 63.000 réfugiés en deux semaines arrivés par les Balkans et l'Europe centrale. Au cours de la seule journée de samedi, quelque 13.000 demandeurs d'asile ont été comptabilisés, autant que le précédent record du 6 septembre.

"L'inaction européenne dans la crise des réfugiés a aussi conduit entretemps l'Allemagne aux limites de ses capacités", a expliqué le vice-chancelier Sigmar Gabriel, l'adjoint social-démocrate d'Angela Merkel, au quotidien allemand Tagesspiegel de lundi.

Le problème "n'est pas en premier lieu le nombre de réfugiés mais la rapidité avec laquelle ils arrivent", souligne-t-il.

La compagnie allemande du rail a néanmoins indiqué avoir repris lundi à 05H00 GMT (07H00 locale) ses liaisons avec l'Autriche, suspendues la veille, excepté sur le tronçon Munich-Salzbourg, qui passe par Freilassing, en raison de présence de personnes non-identifiées sur la voie.

L'Allemagne s'était jusqu'à présent fait l'avocat des migrants fuyant les conflits, estimant à 800.000 le nombre de demandeurs d'asile attendus cette année et faisant pression sur ses partenaires européens pour qu'ils accueillent aussi des réfugiés sans rechigner.



Lundi 14 Septembre 2015 - 10:23

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter