Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




L'Algérie se sent menacée par la révolution en Libye


Mardi 30 Août 2011 modifié le Mardi 30 Août 2011 - 15:05




L'Algérie se sent menacée par la révolution en Libye
Avec l'arrivée sur son sol de l'épouse et de trois enfants du colonel Kadhafi, l'Algérie va avoir du mal à démentir les accusations de collusion avec l'ancien régime libyen lancées par le Conseil national de transition (CNT). Officiellement, Safia, accompagnée de Mohammed, Hannibal et Aïcha, les moins influents des descendants de Mouammar Kadhafi, ont franchi la frontière algéro-libyenne lundi 29 août à 8 h 45, selon le communiqué du ministère algérien des affaires étrangères.

Peu auparavant, on apprenait la fermeture de la frontière entre l'Algérie et la Libye, longue de 2 000 km. Dès samedi, l'agence égyptienne Mena évoquait le passage, la veille, d'un cortège de Mercedes blindées, avec peut-être à bord d'un des véhicules le colonel Kadhafi, suscitant un démenti catégorique d'Alger.

Voilà qui ne va pas arranger les relations déjà exécrables entre le CNT et le pouvoir algérien. Les révolutionnaires libyens ont réclamé, lundi soir, que les membres de la famille Kadhafi réfugiés en Algérie leur soient livrés afin d'être jugés. Alger parle d'une mesure "humanitaire" et "transitoire".

Malgré la chute du régime Kadhafi, Alger n'a toujours pas reconnu l'organe politique de la rébellion libyenne, contrairement au rival marocain. Cette réticence exaspère le CNT, au point que son porte-parole militaire, le colonel Ahmed Omar Bani, a déclaré dimanche que les dirigeants algériens "devraient répondre un jour de leur attitude".

Alger a rappelé qu'il s'en tenait à une "stricte neutralité". C'est dans ce contexte de tension et d'accusations que le "premier ministre" libyen et le chef de la diplomatie algérienne, Mourad Medelci, se sont rencontrés lundi au Caire, sans faire de déclaration.

PRÉVENTIONS ENVERS LA RÉVOLUTION LIBYENNE

Depuis la prise de Tripoli, Alger est sous forte pression. Les responsables du CNT n'ont pas oublié que l'Algérie – avec le Soudan, la Syrie et le Yémen – avait voté contre le soutien de la Ligue arabe à la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui avait ouvert la porte à l'opération aérienne de l'OTAN. A plusieurs reprises, les rebelles ont accusé Alger de laisser passer des armes et des mercenaires à destination des forces pro-Kadhafi, voire d'en livrer via des vols nocturnes ou par bateau.

Même si ces accusations n'ont pas pu être prouvées, Alger n'a jamais caché ses préventions envers la révolution libyenne, qui a ouvert la porte à l'OTAN hors de sa zone d'action habituelle. Pour autant, le colonel Kadhafi n'a jamais été un ami de l'Algérie. "Les relations entre les deux pays sont très mauvaises depuis les années 1970", souligne Akram Belkaïd, journaliste et essayiste algérien.

Les ambitions du Guide libyen dans le Sahel, où il s'était institué "protecteur" des rébellions touarègues au Mali et au Niger, ses ingérences dans le Grand Sud algérien et ses interventions pro-Polisario dans le dossier du Sahara occidental agaçaient au plus haut point les généraux algériens, qui considèrent ces zones comme leur arrière-cour.

Plus grave, le colonel Kadhafi a été accusé à plusieurs reprises par la presse algérienne de livrer des armes aux islamistes pendant laguerre civile des années 1990.

UN SOUTIEN PARADOXAL

Pour Akram Belkaïd, trois raisons expliquent ce soutien paradoxal du gouvernement algérien, en plus du traditionnel principe de non-ingérence respecté par Alger : "D'abord, c'est symptomatique d'un pays à l'arrêt, dont la diplomatie est paralysée par les luttes de clan en vue de la succession du président [Abdelaziz] Bouteflika. Ensuite, une partie du pouvoir algérien est vraiment persuadée que le CNT est infiltré par les islamistes. Enfin, ce régime est hostile à toute idée de changement, de démocratisation ou de révolution, encore moins par la violence." Pour rester à l'écart du vent de contestation qui souffle dans le monde arabe, le gouvernement algérien a dépensé sans compter depuis le début de l'année.

Parallèlement, le spectaculaire attentat, le plus meurtrier depuis des années, contre l'académie militaire de Cherchell, qui a causé la mort de seize officiers et de deux civils vendredi, confirme les craintes algériennes sur un regain du djihadisme.

Le communiqué de revendication d'Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) justifie d'ailleurs l'attaque par "les soutiens [d'Alger] au régime Kadhafi".

Autre source de préoccupation : les informations faisant état de livraisons d'armes lourdes, depuis la Libye, vers les combattants d'AQMI installés au nord du Mali, près de la frontière algérienne. Sans compter les centaines de combattants touaregs, de retour au bercail après avoir combattu comme mercenaires au service du colonel Kadhafi.

"Avec l'OTAN en Libye et l'armée française présente en Mauritanie pour lutter contre AQMI, l'Algérie se sent assiégée", note Akram Belkaïd. La presse et les partis d'opposition algériens ne se sont pas privés de critiquer la pusillanimité du gouvernement. "L'Algérie se doit d'être aux côtés de la révolution libyenne", demande le Mouvement des droits et libertés (MDL). "Où est l'Algérie dans ce rendez-vous de l'Histoire ? Absente, prise de léthargie !", s'exclame le quotidien El Watan.

Paradoxalement, les attaques virulentes du CNT et le pillage, dans la nuit du 21 au 22 août, de l'ambassade d'Algérie à Tripoli risquent surtout de resserrer les rangs de l'opinion algérienne autour de son gouvernement.

Article paru dans l'édition du MONDE du 31.08.11
Mardi 30 Août 2011 - 14:32

Christophe Ayad




Nouveau commentaire :
Twitter