Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Khawla Jabri, la présentatrice vedette de la Télévision Chinoise en langue arabe


Vendredi 14 Mai 2010 modifié le Vendredi 14 Mai 2010 - 10:07




Khawla Jabri, la présentatrice vedette de la Télévision Chinoise en langue arabe
Pékin – De l’envoyé Spécial de Leaders - N’en soyez pas surpris ! La star du journal télévisé en langue arabe de la China TV est tunisienne ! Quatre fois par jour, Khawla Jabri, 25 ans, tient la vedette pour des millions de téléspectateurs arabophones de par le monde en leur présentant l’actualité de la Chine. Pétillante de dynamisme et d’ambition, la voie suave, crevant l'écran, elle brasse les informations, introduit les reportages et accapare l’attention. Dans le grand studio de China TV, elle en impose avec son charme et son talent, gagnant la confiance des dirigeants et l’admiration des téléspectateurs. La jeune fille de la Cité Ettadhamen, dans la banlieue de Tunis, lauréate du Prix du Président de la République, voulait faire du multimédia et du cinéma. Elle rayonne désormais à partir de Pékin. Qui s’y attendait!

Depuis ses premières classes à l’école de la Cité Ettadhamen, Khawla a toujours excellé dans ses études, montrant un engouement particulier pour la rédaction en arabe et sa fascination pour l’art. Bac en économie et gestion (2003), elle opte pour l’Institut Supérieur des Arts Multimédia (ISAM à la Charguia, avant de s’installer cette année à la Mannouba). Ses parents auraient tant aimé la voir choisir l’IPSI et devenir journaliste. Mais elle a préféré l’ingénierie de l’image. Sa première chance fut de décrocher le Prix Présidentiel pour l’année 2006, que lui avait remis le Président Ben Ali, lors de la journée du Savoir, organisée à titre exceptionnel le 7 Novembre. Ce fut pour elle, une joie inégalée.

Cap sur l’ESAG à Gammarth pour entamer une année de spécialité à même de lui ouvrir la voie au mastère ou à l’emploi. C’est alors qu’un camarade de promotion, Iadh Chérif lui signale une annonce affichée au tableau, mentionnant la possibilité de postuler à une bourse d’études en Chine. Evidemment, elle a tout fait pour préparer son dossier à temps et s’y porter candidate, mais elle a failli rater sa chance. « Je dois beaucoup, confiera-t-elle à Leaders à Si Naoufel, le Secrétaire Général de mon ancien institut, l’ISAM. Ayant perdu tout espoir de présenter mon dossier dans les délais impartis, il s’est démené le dernier jour pour le faire porter et c’est ainsi que j’ai pu obtenir la bourse, ainsi qu’Iadh… »

Arrivée Pékin, elle entame sa première année de langue chinoise et ses cours de Direction Photo à la Beijeing Film Academy et réussit brillamment. Plus, elle sera la première étudiante étrangère admise depuis 52 ans, au concours de Mastère. Il ne lui suffisait que de produire une requête officielle du Ministère tunisien de l’Enseignement Supérieur pour obtenir la reconduction de sa bourse chinoise. Et c’est là que ça grince. Un petit fonctionnaire de l’avenue Ouled Haffouz (siège du Ministère) oubliera de faire le nécessaire et notre brillante étudiante se trouvera sur le carreau. Khawla ne baisse pas les bras et frappera à toutes les portes, vivotant de petits travaux de traduction et d’enseignement de la langue arabe. Heureusement que l’ambassade de Tunisie à Pékin, saisie de son cas interviendra rapidement.

Quand on la provoque, la chance finira toujours par vous sourire. Khawla tombe un jour sur une annonce publiée par la télévision chinoise qui cherche des traducteurs-rédacteurs en langue arabe pour la nouvelle chaîne qu’elle s’apprête à lancer. Why not, se dira-t-elle. C’est ainsi qu’elle se présente et se fait rapidement recruter pour faire partie de l’équipe rédactionnelle formée notamment de jeunes chinois ayant appris la langue arabe, dont certains à Tunis. Deux semaines lui ont suffi pour révéler à ses supérieurs tout son talent et sa superbe prestance. La date de démarrage de la chaîne ayant été avancée et la compétence de Khawla confirmée, on lui propose de passer un test au studio pour devenir téléspeakrine et présentatrice du journal.

Fière d'être tunisienne

«Honnêtement, je ne m’y attendais pas du tout et je n’y étais pas préparée, dit-elle. Je me suis concentrée en pensant à mon pays, à ma famille, à ma langue arabe et au pont d’amitié qui lie la Tunisie à la Chine en me disant, oui, je suis capable de véhiculer à partir de Pékin, une bonne image aux téléspectateurs arabophones du monde entier. Il faut dire que mes supérieurs et mes collègues chinois m’y ont beaucoup aidé et fortement encouragé. Leur soutien est déterminant, je ne saurais les en remercier assez ! » Acceptée ! Il ne lui restera plus qu’à rentrer furtivement à Tunis pour changer son visa d’étudiante en celui de journaliste. Et c’est parti !

Khawla officie aujourd’hui 4 fois par jour au journal télévisé. Elle y a pris goût, et s’exerce à y exceller davantage à chaque apparition à l’écran. « Je me sens responsable et fière d’être tunisienne et mesure toute la confiance que les Chinois ont placée en moi., fredonnant l’air de Lotfi Bouchank, "Ahna El Joud, Ahna Al Karam»

Quant à son camarade de promotion à l’ESAG, et compagnon d’études en Chine, Iadh Cherif, il a été recruté comme ingénieur développeur de solutions informatiques pour le compte d’une grande marque internationale de téléphones mobiles. L’éloignement les a certainement rapprochés l’un de l’autre. Iadh succombera à son charme, dès leur arrivée à Pékin et demandera sa main à ses parents. Ils se marieront cet été à Tunis pour une union qui s’annonce sous les meilleurs auspices. Comme Sonia Atifi sur la Chaine Al Qass au Qatar, et Sonia Mabrouk sur La Chaîne Parlementaire LCP à Paris, une grande star de télévision tunisienne, Khawla Jabri, fille de mécanicien à la Cité Ettadhamen, scintille de mille feux sur la télévision chinoise.
Vendredi 14 Mai 2010 - 10:03

Source Leaders




Nouveau commentaire :
Twitter