Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Kenya : Uhuru Kenyatta officiellement réélu, des émeutes éclatent


Vendredi 11 Août 2017 modifié le Samedi 12 Août 2017 - 09:48

La Commission électorale a confirmé la victoire du président sortant avec 54,27 % des voix. Des scènes de violence ont eu lieu dans des bastions de l'opposition.




Des barricades brûlent à Kisumu, au Kenya, le 9 août 2017.
Des barricades brûlent à Kisumu, au Kenya, le 9 août 2017.
Le président kényan Uhuru Kenyatta a été élu pour un second mandat de cinq ans, en obtenant 54,27 % des voix, contre 44,74 % à son principal opposant Raila Odinga, a annoncé vendredi la Commission électorale. « Je souhaite donc déclarer Uhuru Kenyatta (...) président élu », a déclaré le président de la Commission, Wafula Chebukati. L'opposition conteste les résultats et dénonce des fraudes massives.

Des scènes de violence ont d'ailleurs éclaté dans des fiefs de l'opposition, dès l'annonce vendredi soir de la réélection d'Uhuru Kenyatta comme président du Kenya, ont constaté des journalistes de l'Agence France Presse. Des émeutes, accompagnées de scènes de pillage, ont été observées dans le bidonville de Kibera à Nairobi. Dans la ville de Kisumu (ouest), la police a tiré des coups de feu pour tenter de disperser des manifestants.

Réélu, Uhuru Kenyatta a appelé l'opposition, qui conteste sa victoire, à développer le pays avec lui et lancé un appel au calme, lors d'une adresse à la Nation. « Nous devons travailler ensemble, nous devons faire équipe, nous devons grandir ensemble, nous devons ensemble faire grandir ce pays », a déclaré Uhuru Kenyatta à l'adresse de son rival Raila Odinga et de l'opposition. Uhuru Kenyatta a également appelé au calme: « Il n'est pas nécessaire de recourir à la violence ».

Empêtré dans les accusations de la CPI

Charismatique et moderne pour les uns, héritier dilettante pour les autres, Kenyatta a passé une bonne partie de son premier mandat à se dépêtrer des accusations de la CPI, qui avaient amené de nombreux pays occidentaux à se détourner de lui. Après l'abandon des poursuites à son encontre fin 2014, le Kenya est redevenu fréquentable. Il a accueilli le président américain Barack Obama puis le pape François, ainsi que toute une série d'événements internationaux et de conférences. Mais son mandat a aussi été marqué par les attaques meurtrières des militants islamistes somaliens shebab contre le centre commercial Westgate à Nairobi en 2013 et contre l'université de Garissa (est) en 2015.

Avec AFP
Vendredi 11 Août 2017 - 23:17





Nouveau commentaire :
Twitter