Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Juppé : "Il faut convaincre l’Algérie de s'engager davantage"


Lundi 21 Janvier 2013 modifié le Lundi 21 Janvier 2013 - 23:42




Juppé : "Il faut convaincre l’Algérie de s'engager davantage"
"L'Algérie est maitresse chez elle, elle a été confrontée au terrorisme pendant des années, donc je comprends sa réaction", a réagi Alain Juppé, maire de Bordeaux et ancien ministre des Affaires étrangères, lundi matin sur Europe 1. Le ministre de l'Intérieur algérien devrait annoncer un premier bilan officiel après l’attaque terroriste sur le site gazier d'In Amenas, dans l'est du pays, lundi en début d'après-midi.

"Ceci-dit, nous sommes aussi fondés à demander des informations", a-t-il précisé, au sujet du déroulement de l'intervention des militaires algériens sur le site. "Mais je ne suis pas sûr qu'il était utile de qualifier la réaction de l'Algérie de "réponses adaptées"", a-t-il néanmoins souligné, faisant référence aux propos de François Hollande.

"Il faut convaincre l’Algérie à s'engager davantage dans ce qui se passe au Mali", a ensuite estimé l'ancien ministre des Affaires étrangères. "Elle a une place absolument stratégique dans cette région", a -t-il souligné.

La décision d'autoriser ou non le survol du territoire algérien par des avions français vers le Mali sera prise par les autorités algériennes "en fonction des intérêts suprêmes de l'Algérie", a déclaré dimanche soir le ministre de l'Information Mohand Oussaid Bélaïd.

"C'est une question qui sera étudiée en fonction des intérêts suprêmes de l'Algérie", a dit le ministre, interrogé par la chaîne de télévision France24. "Dans ce genre de situation c'est l'intérêt national qui est privilégié et c'est les autorités suprêmes du pays qui jugeront de l'opportunité d'autoriser ou de ne pas autoriser une telle action", a-t-il ajouté.

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius avait annoncé le 13 janvier que l'Algérie avait "autorisé sans limite le survol de son territoire" par les avions français engagés dans l'intervention au Mali.

François Hollande avait aussi indiqué le 15 janvier depuis Dubaï que le président algérien Abdelaziz Bouteflika avait "autorisé le survol de l'Algérie par un certain nombre de nos avions".



Lundi 21 Janvier 2013 - 08:39





Nouveau commentaire :
Twitter