Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Juppé : "Il faudra que Sarkozy renouvelle son stock d'idées"


Vendredi 21 Février 2014 modifié le Vendredi 21 Février 2014 - 22:49

En recul de l’UMP, Alain Juppé, qui assure ne vouloir se concentrer que sur sa réélection à la mairie de Bordeaux, garde malgré tout dans un coin de sa tête l’option présidentielle pour 2017. Se préparer sans le dire, tel est son credo. Alors quand, dans un entretien aux Inrocks, il parle de l’UMP, c’est pour critiquer l’absence de ligne directrice. Et quand est abordée la question de l’éventuel retour de Nicolas Sarkozy, il rappelle que l’ "on n'est plus en 2007, la France a changé, le monde a changé". Alain Juppé, aussi, a changé.




La présidentielle, il ne voulait plus en entendre parler. Mais l’absence d’un leader incontesté à droite lui a donné quelques idées. Les sondages aussi : dans le baromètre Ipsos pour Le Point, en septembre 2013, il prenait la première place du palmarès des leaders politiques. D’autres enquêtent démontrent que le maire de Bordeaux est considéré comme un éventuel recours à droite.

Comme un certain Nicolas Sarkozy, dont il "croi[t] qu’il meurt d'envie de retourner à la vie politique". Mais si c’est le cas, l’ancien président est prévenu : "il faudra qu'il renouvelle son stock d'idées". Et pas question d’éviter la case primaire, alors que Nicolas Sarkozy ne veut pas en entendre parler le concernant. Les primaires "correspondent à la culture des militants, qui ont envie de donner leur avis sur le choix de leur champion et sur la ligne politique du parti" et cela permettrait de "régler les choses" et de "tous se mettre en rang derrière le candidat".

L’UMP ne laisse pas non plus indifférent, lui qui avait été appelé en sauveur au plus fort de la crise entre Jean-François Copé et François Fillon, à l’hiver 2012. Alain Juppé estime que son parti "n'occupe pas tout l'espace que lui laisse le fiasco du gouvernement", avant d’expliquer le "trouble des militants" par deux éléments : "les bagarres désastreuses de l'année dernière pour la présidence de l'UMP" et "le point d'interrogation sur le retour de Nicolas Sarkozy". Quant au programme de l’UMP, Alain Juppé juge "qu’on doit aller plus au fond des choses en matière de politique fiscale, de réduction des dépenses publiques, de discours européen… On a encore un lourd investissement à faire." Et de conclure, optimiste : "la marque UMP tient encore."
Vendredi 21 Février 2014 - 12:03

Avec JDD




Nouveau commentaire :
Twitter