Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Jean-Luc Mélenchon propose sa candidature à la présidentielle de 2012


Vendredi 21 Janvier 2011 modifié le Vendredi 21 Janvier 2011 - 11:48

Jean-Luc Mélenchon, président du Parti de gauche, a annoncé vendredi qu'il proposerait sa candidature à l'élection présidentielle de 2012 en France.




Jean-Luc Mélenchon propose sa candidature à la présidentielle de 2012
L'ancien sénateur, qui a claqué la porte du Parti socialiste en novembre 2008 pour fonder son propre parti, met donc la pression sur ses partenaires communistes du Front de gauche pour en être le candidat unique.

"Je souhaite être le candidat du Front de gauche", a-t-il dit avant d'annoncer son intention de "rassembler l'autre gauche", citant notamment le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot. "La décision est prise. On a bien réfléchi et je propose ma candidature, d'abord ce week-end à mes amis, nos instances se réunissent", a-t-il dit sur RMC. "Puis je la proposerai à mes partenaires, notamment le Parti communiste. J'adresse aussi cette candidature aux autres formations, comme le NPA."

Le Parti communiste avait démenti début janvier des informations annonçant son ralliement à une candidature de Jean-Luc Mélenchon au nom du Front de gauche. Le PCF avait ajouté qu'un candidat serait désigné début juin.

.
Le but avoué de Jean-Luc Melenchon est de fédérer et d'incarner les mouvements à la gauche du PS.

"Mon projet est de rassembler cette autre gauche, pour qu'elle figure dignement dans le débat, qu'elle représente une alternative", a-t-il dit au micro de RMC. "Mon projet, c'est qu'on passe en France à cette révolution citoyenne dont on a besoin pour remettre les compteurs à plat."

Il s'est déclaré "contre le régime monarchique actuel" et partisan d'un "nouveau partage des richesses", se prononçant notamment pour un salaire maximum.

Jean-Luc Mélenchon ne cesse, depuis qu'il a quitté le PS, de critiquer son ancienne formation, multipliant notamment les piques contre Dominique Strauss-Kahn, le directeur général du Fonds monétaire international.

"Je suis le bruit et le fureur, le tumulte et le fracas", avait-il dit en novembre dernier pour justifier une communication faite de coups d'éclat.

Il a annoncé vendredi avoir accepté un débat public avec la nouvelle présidente du Front national, Marine Le Pen, avec laquelle il partage le goût des déclarations fracassantes. Le débat est programmé pour le 14 février sur RMC et BFMTV.



(Source Reuters)
Vendredi 21 Janvier 2011 - 11:43





Nouveau commentaire :
Twitter