Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Jean-Louis Etienne a commencé son tour du pôle Nord en ballon


Mardi 6 Avril 2010 modifié le Mardi 6 Avril 2010 - 13:45

L’explorateur français Jean-Louis Étienne a décollé de l’archipel du Spitzberg le 5 avril dernier à bord de sa rozière. Il s’agit de la première traversée du pôle Nord en solitaire à bord d'un ballon.




Jean-Louis Etienne a commencé son tour du pôle Nord en ballon
Le décollage a eu lieu à Longyearbyen, depuis l’archipel norvégien du Spitzberg, à bord d’une rozière, un ballon mixte fonctionnant à l’hélium et à l’air chaud. Ce concept avait déjà été utilisé lors du tour du monde de Bertrand Piccard et Brian Jones en 1999. Le ballon, d’un volume de plus de 2000 m3 mesure 20 mètres de haut pour 16 mètres de diamètre. Jean-Louis Étienne traversera l’Arctique dans une nacelle de 3 m² et à des températures avoisinant les -30°C. Selon les prévisions, il arrivera en Alaska en sept à dix jours.

Durant son voyage, l’explorateur prendra "des mesures scientifiques de CO2, du champ magnétique, des particules en suspension et de l'ozone troposphérique" grâce à une multitude de technologies incluses dans sa nacelle. Ces mesures serviront aux études sur le réchauffement climatique.

Jean-Louis Étienne a pour but de faire classer la banquise comme patrimoine commun de l’humanité. Il explique : "Mon objectif est d’expliquer le rôle fondamental de la banquise dans l’équilibre climatique de hémisphère nord et à ce titre la faire classer 'zone d’intérêt commun' pour l’humanité. Ce statut ne s’oppose pas à la souveraineté des États et fait de la banquise arctique le meilleur indice de performance des mesures qu’il faut engager contre le réchauffement climatique".

Il s’agit d’une aventure risquée : c’est le vent qui dirige le ballon, le "pilote" doit donc sans cesse monter ou descendre en altitude, en chauffant ou en refroidissant l’enveloppe du ballon, afin de se retrouver dans les zones où le vent souffle dans la direction souhaitée. L’explorateur est tout de même entouré d’une équipe scientifique au sol qui le guide afin de prendre les bonnes directions.

Jean-Louis Étienne compte déjà plusieurs exploits à son actif, en particulier celui de 1986 durant lequel il avait atteint le pôle Nord en 63 jours, en tirant seul son traîneau.

Mardi 6 Avril 2010 - 13:40

Maxisciences




Nouveau commentaire :
Twitter