Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Jean-Christophe Cambadélis élu à la tête du parti socialiste


Vendredi 29 Mai 2015 modifié le Vendredi 29 Mai 2015 - 14:59

Les militants socialistes ont élu jeudi soir sans surprise Jean-Christophe Cambadélis, soutenu par le pouvoir, à la tête du Parti socialiste français avec plus de 70% des voix, a annoncé la commission électorale de cette formation.




Ce score, face au candidat "frondeur" Christian Paul, conforte la position du président François Hollande et de son Premier ministre Manuel Valls à deux ans de la prochaine élection présidentielle, même si la faible participation - la moitié des 131.000 militants seulement ont voté - apporte un sérieux bémol à la victoire.

M. Cambadélis, 63 ans, avait été placé à la tête du PS en avril 2014 par le conseil national du parti après le départ de son prédécesseur Harlem Désir au gouvernement. Sa motion, soutenue par les principaux ténors du parti, dont Manuel Valls et la maire de Lille Martine Aubry, avait recueilli près de 60% des voix lors d'un premier vote le 21 mai. Le congrès du PS prévu du 5 au 7 juin à Poitiers (centre-ouest) devra encore entériner cette élection et renouveler le conseil national, le "parlement" du parti.

Le "frondeur" Christian Paul, qui critique l'orientation de l'exécutif jugée trop libérale sur le plan économique, a souligné que son camp était "la deuxième force au sein du PS" et qu'il comptait s'adresser au gouvernement "pour inspirer et orienter son action". "Il y a une volonté évidente et commune des socialistes pour qu'il y ait une inflexion de la politique gouvernementale. Tous l'ont dit" durant la campagne interne au parti, a-t-il assuré.

Le PS, qui a perdu 30% de ses adhérents en trois ans, subit de plein fouet l'impopularité de François Hollande qui n'est pas parvenu malgré ses promesses de campagne à faire baisser le chômage.

Jean-Christophe Cambadélis, qui prône une "alliance populaire" avec les autres partis de gauche (radicaux, écologistes, communistes) et les citoyens, a jugé "tout à fait possible" une victoire à la présidentielle de 2017, et avant cela lors d'élections régionales en décembre.
Vendredi 29 Mai 2015 - 10:03

Atlasinfo avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter